Nouvelle Calédonie
  • Jean-Alexis Gallien-Lamarche | Crée le 24.03.2018 à 04h25 | Mis à jour le 24.03.2018 à 04h25
    Imprimer
    Le président a confié qu’en cette année de référendum, « il est essentiel d’offrir à la population une justice garantissant le « contrat social » évoqué dans le préambule de l’accord de Nouméa ». Photo Archives LNC
    JUSTICE. La section détachée du tribunal a tenu son audience solennelle de rentrée. André Angibaud, le président, a annoncé l’arrivée d’un magistrat du siège.

    Alors qu’un centre pour peines de 120 places en province Nord est attendu pour 2021, la section détachée du tribunal de Koné apparaît, année après année, comme un maillon essentiel de l’institution judiciaire sur le Caillou. À Koné, « peut-être plus encore qu’ailleurs, la présence et la pérennité de l’institution judiciaire doivent être affirmées et soulignées », a déclaré André Angibaud, le président, à l’occasion de l’audience solennelle de rentrée, hier. En présence du procureur de la République, Alexis Bouroz, du bâtonnier, Me Olivier Mazzoli, du personnel administratif et des assesseurs civils et coutumiers, André Angibaud a annoncé l’arrivée d’« un troisième juge du siège qui devrait être affecté en septembre ou en octobre » qui va permettre « d’envisager des audiences supplémentaires à Koné mais également la tenue d’audiences foraines dédiées, par exemple, aux mineurs délinquants, laissant espérer la présence des responsables coutumiers ».


    Un effectif renforcé

    Le personnel du greffe s’est lui aussi, considérablement étoffé. « En 2013, les trois fonctionnaires de la section ne suffisaient plus pour faire face à l’augmentation du volume du contentieux. L’effectif a été renforcé en 2014 ce qui a permis le transfert de nouvelles compétences comme l’audiencement pénal, l’exécution des peines et l’application des peines. Depuis fin 2017, nous sommes désormais sept fonctionnaires de greffe », s’est réjoui Philippe Gimonet, le chef de service du greffe. Un renforcement des équipes bienvenu puisque « l’activité judiciaire traitée en province Nord a continué à progresser ».

    Et les chantiers à lancer sont nombreux : mise en place d’un service d’accueil unique du justiciable, d’un bureau d’ordre, d’audiences de comparution immédiate ou de CRPC (dit du « plaider-coupable »), assurer des présentations de mineurs et augmenter le nombre d’audiences foraines correctionnelles. Autant de grands travaux pour faire en sorte, a estimé André Angibaud, que « tous les citoyens, quels que soient leur statut, le village ou la tribu où ils se trouvent, même les plus isolés, quels que soient leur statut social ou la place coutumière, puissent se tourner vers la justice pour régler leurs conflits ou leurs litiges, plutôt que de se résigner ou avoir la tentation de se faire justice eux-mêmes dans un cycle sans fin de vengeance, de représailles, comme c’est encore bien trop souvent le cas ». Enfin, l’audience a été l’occasion pour le président de souhaiter la bienvenue aux nouveaux assesseurs coutumiers et civils qui siégeront pour les deux prochaines années. « C’est avec eux et par eux qu’est rendue la justice calédonienne d’aujourd’hui et de demain », a-t-il assuré.

    jeanalexis.gallien@lnc.nc

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS