Nouvelle Calédonie
  • Anthony Tejero / anthony.tejero@lnc.nc | Crée le 20.03.2019 à 04h30 | Mis à jour le 20.03.2019 à 06h57
    Imprimer
    En caisse, le prix des répulsifs anti-moustique devrait chuter d’environ 7 %. Photo Archives LNC
    POLITIQUE. Réduction du taux de TGC pour les répulsifs corporels et les pneus, création du premier centre de contrôle technique de la côte Est, révélation de l’emplacement de l’antenne du RSMA à Bourail… Hier, le gouvernement a multiplié les annonces.

    Inciter les Calédoniens à se protéger

    Hier après-midi, le gouvernement a annoncé que le taux de TGC (taxe générale à la consommation) qui s’applique actuellement sur les répulsifs corporels anti-moustique va passer de 11 % à 3 %. « Afin d’apporter une réponse immédiate à l’épidémie de dengue à laquelle nous faisons face actuellement, il s’agit de diminuer le prix d’achat de ces produits que l’on s’applique sur le corps pour que ce soit accessible au plus grand nombre », explique Nicolas Metzdorf, le porte-parole du gouvernement. Pour rappel plus de 1 500 cas de dengue ont déjà été recensés dans le pays (dont un tiers à Nouméa). Cette mesure devrait faire baisser le prix final de de ces répulsif d’environ 7 %.

    Des pneus moins chers

    Autre bonne nouvelle pour les consommateurs : le taux de TGC qui s’applique sur les pneus doit passer de 22 % à 11 %. Une mesure pour être plus cohérent avec les messages de prévention et la politique de sécurité routière que prône le gouvernement. « L’idée, c’est d’inciter les Calédoniens à renouveler leurs pneus assez régulièrement parce qu’on s’est rendu compte que le taux à 22 % pesait lourd et faisait que les gens attendaient jusqu’au dernier moment pour les changer. Leurs pneus étant de plus en plus lisses, cela comportait des risques, poursuit Nicolas Metzdorf. En fonction du prix du pneu, la baisse sera de 9 à 10 %. »

    Ces deux mesures (sur les répulsifs et sur les pneus) entreront en vigueur une fois publiées au Journal officiel de la Nouvelle-Calédonie (Jonc), soit dans environ une semaine.

    Un centre de contrôle technique à Canala

    La Nouvelle-Calédonie doit acquérir gratuitement un terrain à Canala pour la construction d’un nouveau centre de contrôle technique de véhicules réglementés, le premier de la côte Est. Et le troisième du pays à appartenir à la Direction des infrastructures, de la topographie et des transports terrestres (DITTT). « Cette structure sera surtout destinée aux populations de Houaïlou jusqu’à Thio et sera notamment destinée aux engins qui servent à l’activité minière. Auparavant, il fallait aller soit à Nouméa, soit à Koné. C’est donc une mesure de rééquilibrage Est-Ouest », précise le porte-parole du gouvernement. Situé aux abords du dock municipal, le centre pourrait ouvrir ses portes d’ici la fin de l’année.

    Le RSMA à Bourail

    Le projet était dans les tuyaux depuis longtemps, il est désormais officiel. Une compagnie du RSMA (Régiment du service militaire adapté) s’implantera bien à Bourail sur le terrain de l’établissement de formation professionnelle des adultes. Une convention-cadre entre l’Etat, le gouvernement et l’EFPA vient ainsi d’être approuvée. « Il y avait une forte volonté politique d’installer une compagnie du RSMA en province Sud. Il s’agit là de mutualiser les plateaux techniques de l’EFPA, mais pas seulement. Ces deux publics seront mélangés sur une partie de la journée, notamment durant le temps de restauration, détaille Jean-Louis d’Anglebermes, vice-président du gouvernement. La stratégie est de viser les publics les plus éloignés de l’emploi, peu ou pas formés. Et de voir comment une partie du public pourra être en formation préqualifiante avec le RSMA, puis qualifiante avec l’EFPA et vice-versa. Il y aura un continuum entre les deux structures. » La compagnie du RSMA de Bourail aura une capacité de 80 places et devrait coûter entre 600 et 700 millions de francs, une somme supportée par l’Etat. Aucune date d’ouverture n’a pour l’instant été avancée.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS