fbpx
    Nouvelle Calédonie
  • LNC | Crée le 19.05.2024 à 05h00 | Mis à jour le 19.05.2024 à 05h00
    Imprimer
    Auguste Anger et son épouse Julie Collet. Photo DR
    Le deuxième épisode de notre saga sur ces familles issues du bagne est consacrée à Auguste Anger, qui débarque en Nouvelle-Calédonie en 1881. En vingt ans de service, cet ancien soldat devenu surveillant militaire multiplie les postes et les mutations. La Guyane, Algérie, l’île des Pins… ses affectations sont nombreuses. Avant de s’éteindre en 1941, Auguste rédige ses mémoires, des pages précieuses dont la famille Henriot conserve soigneusement la seule copie restante. Pour la première fois, ce ne sont donc pas les descendants mais le surveillant lui-même qui fait le récit de sa vie.

    "En août 1880, je fis une demande tendant à obtenir un emploi de surveillant militaire. Je fus nommé en l’année 1881 et reçus l’ordre d’être rendu le 3 juillet à Rochefort, afin d’embarquer sur le Navarin à destination de la Nouvelle-Calédonie.

    J’arrivai le 2 à Rochefort, et me rendis à la gendarmerie maritime, où je trouvai quelques sous-officiers et soldats venant des divers régiments. Nous étions dix-sept, tous jeunes surveillants.

    Le 4, nous nous rendîmes à bord du Navarin où la gendarmerie nous amena de l’île de Ré environ quatre cents forçats, et le 5 du même mois nous mîmes la voile. Le Navarin était un vieux transport en bois, marchant seulement à la voile. Nous mîmes 117 jours pour arriver à Nouméa, et ne fîmes qu’une seule relâche de trois jours à Santa Cruz de Ténérife. C’est la seule fois que nous avons vu la terre pendant toute la traversée.

    Aussi, quand la terre calédonienne apparut à nos yeux, se dessinant en une ligne bleuâtre à l’horizon, ce fut avec joie que nous la saluâmes.


    Maria Berthe Anger, la fille aînée du surveillant. Photo DR

    On ne nous fit débarquer que le lendemain de notre arrivée. Je me trouvai désigné pour aller au camp de Montravel, près de Nouméa, où nous fûmes très bien reçus par les collègues.

    Mais là, le service était pénible. Il fallait se lever chaque matin à 4 heures pour se rendre sur les chantiers de Nouméa afin d’y surveiller les condamnés pendant huit heures par jour. Puis de 10 heures du matin à 1 heure de l’après-midi, pendant la sieste, on était de service à tour de rôle pour maintenir l’ordre et empêcher surtout les condamnés de jouer aux cartes, car à cette époque les forçats avaient de l’argent, avec lequel ils jouaient aux cartes. Or, il arrivait que les parties de cartes finissent par des coups de couteau.

    À l’époque dont je parle, Canala était un poste recherché. Joli endroit du reste, bien arrosé, il y faisait bon vivre et le service était assez doux.

    Le soir on retournait au camp, on se rendait au rapport, et l’on dînait ensuite. De plus, toutes les trois nuits, on faisait trois ou quatre heures de " service de nuit ".

    L’après-midi du samedi était réservée aux corvées de bois ou autres, et le dimanche avait lieu dans le camp le service de propreté ou d’ordre. "

    Le départ à Canala

    Le 21 octobre 1882, Auguste épouse Julie Collet. Le surveillant est muté à Thio, puis à Canala où naissent ses quatre premiers enfants, Maria Berthe, future épouse Cordier, Jean Alcide, Louise Juliette épouse Ollivaud puis Marie Antoinette épouse Cassier, la grand-mère de feu Roger Henriot.

    " À l’époque dont je parle, Canala était un poste recherché. Joli endroit du reste, bien arrosé, il y faisait bon vivre et le service était assez doux. Je fus d’abord chargé de faire un embranchement de route se raccordant avec celle de Kouaoua.

    Cette route traversait à gué deux rivières, la Négropo et un de ses affluents, et passait à travers la tribu du chef Kake. Pour construire cette partie de la route, je fus obligé de faire abattre un certain nombre de cocotiers, ce qui n’avait pas le don de plaire aux Canaques.


    La famille Anger entourée d’amis et de collègues d’Auguste. Photo prise à l’île des Pins en 1902. Auguste, barbu, est assis à droite de la photo (1) ; son épouse Julie est debout derrière lui en robe blanche les mains jointes (2) ; leur fille aînée, Maria Berthe, est la jeune femme assise tout à gauche de la photo en chemisier blanc (3), la cadette, Louise Juliette Anger, est assise au centre en robe rayée (4) ; Marie Antoinette, la grand-mère de Roger Henriot, est la petite fille à gauche assise au premier rang (8) ; à côté d’elle son frère Charles (7) ; Léon est assis tout à droite au premier rang (6). Photo DR

    Lorsque les routes furent terminées, le gouverneur Pallu de la Barrière vint les inaugurer. En cette occasion il y eut à Canala un grand pilou-pilou, représentant la guerre entre les tribus. C’était le chef Nondo qui faisait exécuter cela.

    En 1884, ma femme eut son premier enfant et, quelque temps après, je fus désigné par le chef de camp pour aller à Ciu, à neuf kilomètres de Canala, sur la route de La Foa. Là, j’étais logé dans un blockhaus, qui avait été construit pendant l’insurrection de 1878.

    C’était un endroit agréable, très sain, eau excellente, entouré de belles forêts et de caféières.

    J’avais six condamnés occupés à scier du bois dans la forêt, et j’étais chargé des cantonniers jusqu’à Moréo, un peu plus de la moitié du chemin à La Foa […] J’avais fait aussi un bon jardin, car la terre était très fertile. En un mot, j’étais très bien dans ce poste. Malheureusement, cela ne dura pas longtemps, le poste fut supprimé et je fus désigné pour aller à Méré, où il y avait une route à faire pour desservir les mines situées vers la tribu, à douze kilomètres de la mer. "


    De gauche à droite : Louise Juliette Anger épouse Ollivaud, Marie Antoinette Anger épouse Cassier, Charles et Léon Anger à Marseille. Photo DR

    D’un bagne à l’autre

    " En octobre 1890, neuf ans presque jour pour jour après mon arrivée en Nouvelle-Calédonie, j’embarquai avec ma famille, composée de ma femme et de quatre enfants, sur le transport Calédonien et, après quatre-vingts jours d’une traversée assez belle par le cap de Bonne-Espérance et après avoir relâché à Sainte-Hélène, nous sommes arrivés à Brest, le 20 janvier 1891.


    Charles Anger et Madeleine Rolland, son épouse. Charles s’installe un moment à Port-Vila aux Nouvelles-Hébrides. Il y vend des glaces, et sa maison est appelée La Glacière. Ensemble ils ont une fille, Simone, partie vivre dans l’Hexagone. Photo DR

    L’hiver était rude. Nous passâmes sept mois de congé à Reims et à Tilly.

    En septembre de la même année, nous partîmes à Rochefort afin d’embarquer pour la Guyane, où nous sommes arrivés après seize jours de traversée. C’est de là que je fus dirigé sur le poste de Kourou. "

    La famille revient en Nouvelle-Calédonie

    Auguste Anger revient à Nouméa en avril 1896. Il est envoyé à l’île des Pins, où vont naître Charles et Léon, des jumeaux, en 1897. Le surveillant passe à Prony en septembre 1898, puis à Thio de janvier à novembre 1899.

    Sa fille Léontine Françoise, future Mme Guillermet, y naît en octobre. Auguste est ensuite de nouveau dirigé vers l’île des Pins.

    " En 1880, les déportés furent remplacés par des transportés et les communes furent transformées en camps. Pendant l’année 1887, les relégués vinrent remplacer les transportés dans ces camps. L’on construisait des bâtiments près de l’hôpital pour les femmes reléguées.

    Celles-ci étaient occupées selon leurs capacités, les unes à faire des vêtements pour elles et pour les relégués, les autres à confectionner des chapeaux avec de la paille de vétiver. Enfin, d’autres étaient employées à travailler dans les cultures, biner les champs de maïs et de haricots.


    Le couple Louis et Marguerite, le jour de son mariage, le 9 août 1930 à La Foa. Le chauffeur de la mariée est le père de Roger, Paul Henriot, au côté de sa future épouse, Georgette. Photo DR

    Quant aux hommes, ils étaient occupés selon leur profession. À l’atelier d’Uro, étaient les ouvriers d’art de toutes professions. Dans les autres camps, ils étaient employés aux cultures ou dans la forêt comme bûcherons ou charbonniers ; quelques-uns s’occupaient du reboisement mais tous ces gens-là ne faisaient pas beaucoup de travail, il est vrai qu’ils étaient aussi peu payés, mais ils se débrouillaient.

    Les Canaques de l’île des Pins construisent eux-mêmes de magnifiques pirogues, plus grandes que celles que j’ai vues sur la Grande Terre.

    Comme on leur laissait beaucoup de liberté, ils en profitaient pour faire de la camelote, qui leur rapportait toujours quelques sous. De plus, comme il y a beaucoup d’huîtres perlières, quelques-uns les pêchaient et trouvaient quelques perles, qu’ils vendaient ; d’autres gravaient les écailles ou faisaient des petits ouvrages en bois de rose ou de santal. Il y en avait qui travaillaient l’aloès, mais il y avait surtout des ouvriers d’art qui faisaient de jolis ouvrages de marqueterie. […]

    Les Canaques de l’île des Pins construisent eux-mêmes de magnifiques pirogues, plus grandes que celles que j’ai vues sur la Grande Terre. Aussi, ils ne craignent pas de venir avec jusqu’à Nouméa ou aux îles Loyalty […]

    En 1901, j’ai assisté à l’enterrement de leur dernière reine, Hortense. À présent, comme sur la Grande Terre, il y a un chef de tribu, mais sous les ordres des missionnaires. "

    Dernier voyage

    En septembre 1902, Auguste Anger est admis à la retraite. L’administration lui accorde le droit d’un retour en Métropole. À son arrivée à Marseille, il indique vouloir s’installer en Algérie.

    " En 1903, me trouvant à Alger, je fus nommé garde champêtre à Marceau, commune mixte. On appelle ainsi des villages composés de Français et d’Arabes. "


    Marie Antoinette, Charles et Louise Anger. Photo DR

    La famille ne reste que peu de temps en Algérie car les deux derniers enfants d’Auguste et Julie, encore des jumeaux, naissent à Nouméa en 1905. Louise Anger épouse Lucien Colardeau. Louis, son frère, se marie avec Marguerite Ammann, qui sera tuée à La Foa avec ses enfants par son employé de maison, puis se remarie.

    Les Anger s’installent à Méharé, puis à Bourail. Julie décède en 1929, Auguste s’éteint en 1941.

    Le surveillant revendicateur !

    Extrait d’un courrier manuscrit envoyé le 25 mars 1895 par Auguste Anger alors de retour de Guyane. Dans ce courrier, le surveillant se plaint de ne pas avoir été traité selon son rang de 1re classe : " Lors de mon départ de la Guyane, (l’administration) m’a fait embarquer comme passager d’entrepont à sept francs par jour, c’est-à-dire dans les mêmes conditions que mes subordonnés de 2e et 3e classes et par ce fait j’ai été privé de nourriture et de soins pendant la traversée… ". Il réclame que " la différence de passage [lui] soit remise ".

    Note

    Cette série sur les destins de familles issues de la colonisation pénale, tirée du livre "Le Bagne en héritage" édité par les Nouvelles calédoniennes, est réalisée en partenariat avec l’Association témoignage d’un passé.

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER
    X

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS