Nouvelle Calédonie
  • P. Ch. | Crée le 05.10.2018 à 04h30 | Mis à jour le 05.10.2018 à 06h47
    Imprimer
    La rumeur d’un arrêt de la vente d’alcool à partir de la mi-octobre s’est répandue sur les réseaux sociaux. Photo LNC et capture écran Facebook
    SOCIÉTÉ. Thierry Lataste a annoncé hier que la vente d’alcool sera interdite lors du week-end du référendum.

    Qu’est-ce qui pouvait bien justifier une interdiction de vente d’alcool s’étalant sur une période d’un mois, avant et après la date du référendum ? Pas grand-chose, mais la rumeur commençait à enfler depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Au point de devenir un sujet évoqué jusque dans les mairies, en marge d’un autre dossier beaucoup plus conséquent : celui de l’organisation pratique du référendum (lire en page 4). C’est justement l’objet de la réunion qui a rassemblé les représentants des communes, hier matin, au haussariat.

    Au sortir de cette réunion, le haussaire, Thierry Lataste, a confirmé qu’il y aurait bien une interdiction de vente d’alcool, mais qu’elle ne concernerait que les deux journées du samedi 3 et du dimanche 4 novembre. « Il y a eu un assentiment des maires pour que cette mesure soit prise », a précisé le représentant de l’Etat, compétent pour décider de ce type d’interdiction. Les cavistes ne sont pas concernés par cette mesure, de même que les restaurants et autres établissements de bouche. En remontant un peu dans le temps, la même mesure avait été prise par le représentant de l’Etat en 1998, à l’occasion du précédent référendum destiné à ratifier l’accord de Nouméa, même s’il s’appliquait à la seule journée du jour de vote, le dimanche 8 novembre 1998.

    En aparté de la réunion d’hier au haussariat, les représentants de plusieurs municipalités, notamment du Grand Nouméa, approuvaient effectivement le fait que la mesure d’interdiction court le temps d’un week-end référendaire. En revanche, ils ne souhaitaient pas qu’elle soit davantage élargie afin d’éviter le phénomène des cambriolages et autres pillages auxquels les commerçants sont de plus en plus confrontés. Avec un constat et une question posés en toile de fond : le bénéfice d’une telle interdiction semble désormais bien inférieur aux nuisances qu’elle occasionne. « Il faudra en sortir un jour », estimait ainsi l’un d’eux. Reste à savoir comment…

     

    Les armes aussi

    Thierry Lataste a également indiqué hier que le transport des armes sera interdit du samedi 3 novembre à 16 heures jusqu’au lundi 5 novembre midi.

    Quant à l’achat d’alcool, il faudra être organisé lors de la semaine précédent le dimanche 4 novembre : l’achat sera possible le mercredi 31 octobre jusqu’à midi. Le jeudi 1er novembre étant un jour férié, l’achat sera impossible toute la journée. Il sera de nouveau possible le vendredi, mais jusqu’à midi.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS