Nouvelle Calédonie
  • | Crée le 16.02.2018 à 04h25 | Mis à jour le 16.02.2018 à 04h25
    Imprimer

    « Tout ce qu’elle dit est faux ». La défense de cet homme de 24 ans, jugé devant le tribunal correctionnel mardi pour une agression sexuelle en 2015, se résume ainsi. Sa petite cousine, une lycéenne, avait déposé plainte, ce qui a déclenché une enquête : « il m’a emmenée à Nouville, dans un coin isolé, puis il m’a déshabillée. Il m’a agressée sexuellement, j’étais apeurée, je pensais ne jamais m’en sortir ». « Je ne sais pas pourquoi elle dit ça, tout est faux », s’est justifié ce maçon, bientôt père de famille. « Il n’y a, objectivement, rien dans le dossier. Je ne peux que demander la relaxe », a lâché le procureur de la République. « Elle diverge dans ses déclarations, elle se contredit. Peut-être que c’était trop dur pour elle de dire devant les gendarmes qu’elle avait menti. Elle a été prise dans un engrenage », a plaidé Me Julien Marty, le conseil du prévenu. « Au bénéfice du doute » et parce qu’« il n’y a pas assez d’éléments pour en conclure la culpabilité », le tribunal a relaxé le jeune homme.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS