Sud
  • Texteet photos de notre correspondante Nadège Bège | Crée le 16.04.2019 à 04h30 | Mis à jour le 16.04.2019 à 08h57
    Imprimer
    Plusieurs personnes ont assisté à l’ouverture des fours dans lesquels ont été cuits les ignames et les cochons. L’occasion pour les visiteurs et les touristes, notamment venus de Métropole, de vivre un moment intense. Un instant de partage et de découverte inoubliable.
    BOURAIL. Samedi dernier, la tribu de Bouirou a célébré comme il se doit l’igname nouvelle. A cette occasion, deux cents kilos de tubercules ont été préparés pour être servis aux quelque trois cents personnes venues participer à ce grand moment de partage.

    Deux cents kilos d’ignames ont été récoltés et cuits pour l’occasion. Ce sont les hommes des tribus environnantes qui se sont occupés du four et de l’enlèvement des denrées afin de les présenter aux invités.


    Les jeunes du foyer Néméara ont travaillé sur le thème de l’igname. Ils ont ensuite exposé le fruit de leur recherche à la maison commune de la tribu de Bouirou. Ce qui a permis aux habitants, mais également aux visiteurs, d’en savoir un peu plus sur ce tubercule sacré pour les Kanak.


    Comme pour les précédentes éditions, la communauté arabe a participé activement à ce nouveau cru de la Fête de l’igname. « Les femmes ont préparé un tajine de poulet », indiquait, pas peu fier, Jean-Pierre Aïfa, l’un des représentants de la communauté et maire honoraire de la commune.


    Pour accompagner l’igname nouvelle, quatre cochons avaient été préparés et également cuits au four traditionnel. De quoi ravir les papilles des invités.


    Pour faire patienter leurs invités pendant que cuisinières et cuisiniers s’activaient à la préparation du service du repas partage, une chorale, composée des mamans des tribus, a interprété des chants.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS