Sud
  • De notre correspondante, Nadège Bège | Crée le 28.05.2019 à 04h25 | Mis à jour le 28.05.2019 à 10h42
    Imprimer
    Virginie Paillard a fait son entrée au sein du conseil municipal. Photo DR
    SUD. Les élus du conseil municipal se sont réunis pour statuer sur treize points inscrits à l’ordre du jour. L’occasion pour Virginie Paillard de faire son entrée au sein du conseil, suite au décès d’un colistier.

    Avant de débuter la séance de travail, les élus ont observé, jeudi, à la demande du maire Patrick Robelin, une minute de silence en hommage au conseiller municipal René Kapissiri, élu sur la liste « Intérêt communal de Bourail », en 13e position, décédé le 23 avril. Dans la foulée, le premier magistrat a présenté Virginie Paillard, inscrite en 29e position sur le tableau d’ordre du conseil municipal, qui siégera désormais au conseil municipal. « Virginie va remplacer René Kapissiri au sein des commissions municipales “appel d’offres et marchés publics et celle de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement. » Tout comme elle représentera aussi la commune dans la commission foncière communale », a indiqué le maire.

    Une nouvelle zone industrielle

    Ce point réglé, les élus se sont penchés sur les autres dossiers à l’ordre du jour. Ils ont voté, en premier lieu, la mise en place, à partir du 1er juin 2019, d’un budget annexe afin de gérer le futur lotissement « Zone industrielle d’Ourail ». « Cet espace sera créé sur un terrain de 50 hectares que la mairie a racheté à Mme Noveri. Au total, 150 lots y sont prévus », a rappelé Patrick Robelin. « Dans la première phase, 10 à 12 parcelles sont prévues. Les travaux devraient débuter en fin d’année ou début 2020 ».

    Le plan d’aménagement de secteur présenté par le bureau d’étude BECIB pour le compte de la commune de Bourail, et portant sur la réalisation d’une zone industrielle sur les lots numérotés 187 pie et 61B de la section de Boghen, tout comme la décision modificative du budget de la commune et la modification n°1 au budget annexe eau 2019, ont été eux aussi approuvés.

    Les élus ont également donné leur accord pour l’attribution de plus de 15 millions de francs de subventions à divers organismes et associations.

    Médiateurs scolaires

    « Le versement des subventions est subordonné à la production des documents obligatoires que sont les budgets et comptes de l’exercice écoulé (bilan moral et financier) et budget prévisionnel de l’année en cours, ainsi qu’à la réalisation des manifestations subventionnées », a prévenu le maire.

    Cette séance du conseil municipal s’est close sur une délibération autorisant le maire à signer, dans le cadre du contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), une convention avec l’Asea-NC pour la mise en place de médiateurs (lire en page 19) autour des établissements scolaires de la commune.


    Le restaurant de Téné va être enfin refait

    La construction du restaurant du champ de foire de Téné est un dossier depuis longtemps discuté. Photo N.B.

     

    Le restaurant du champ de foire de Téné va pouvoir se refaire une beauté. « Dans le cadre de ce dossier, je vous sollicite pour l’ouverture d’une opération pluriannuelle, sur deux ans, avec une autorisation de programme de 90 millions de francs et une inscription en crédit de paiement de 40 millions de francs », a demandé Patrick Robelin. Requête entendue. Le conseil municipal a voté l’augmentation des crédits nécessaires pour effectuer cette rénovation. Ce qui n’a pas été pour déplaire au maire. « Cet engagement, va permettre de réaliser enfin cet équipement indispensable au bon déroulement de la Foire de Bourail, de même qu’à l’accueil des spectateurs pour les divers concours équestres et réunions hippiques », s’est-il félicité. 

    Les élus ont également donné leur accord pour l’acquisition d’un terrain de la section Boghen, d’une superficie de quatre plus vingt-deux hectares, appartenant à Guy Moulin, pour un montant de 35 millions de francs. 

    « Cette acquisition, explique Patrick Robelin, va nous permettre de rapatrier l’ensemble des équipements du site de Téné (carré de rodéo, terrain de moto-cross, carrière, parkings, etc.) sur du foncier communal. Mais aussi d’étendre l’espace dédié aux activités sportives et autres manifestations, dont la foire, sur cette même zone ».


    80 millions de francs

    Afin de financer son budget d’investissement 2019 et, notamment, la construction du restaurant de Téné, la mairie va contracter un emprunt auprès de l’Agence française de développement.

     

    Le grand chantier de l’eau

    Les élus se sont penchés sur deux gros chantiers en AEP (adduction en eau potable). Ils ont tout d’abord validé les projets d’aménagement de l’alimentation des secteurs FSH-Pouéo. « Actuellement, les administrés situés entre la RT1 et le réservoir de la Pouéo sont alimentés en eau potable à partir du réseau d’adduction de Daoui/Baraoua. En cas de défaillance sur ce réseau d’adduction, l’alimentation en eau potable dans cette zone est coupée. Le projet consiste donc à construire [en 2020] un réservoir de 300 m3, qui permettra d’alimenter le secteur FSH et le réservoir Pouéo. Ainsi, la totalité des administrés sera secourue par un réservoir de distribution », a assuré le maire. Coût estimatif de cette première phase des travaux AEP : 130 millions (sur deux exercices). En 2019, 65 millions seront débloqués pour la fourniture et la pose des divers réseaux. Le conseil municipal a adopté le plan financement tripartite proposé. A savoir : L’Etat, dans le cadre du contrat de développement 2017/2021, va apporter 24,05 millions. Somme identique pour la province Sud. Les 16,9 millions restants seront financés par la commune. Le projet concernant les travaux de réfection de la conduite AEP de Daoui, âgée de plus de 70 ans, (35 millions de francs) ainsi que son plan de financement (Province Sud : 28 millions, fonds communaux : 7 millions) ont été adoptés.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS