• A Paris, Philippe Frédière | Crée le 11.10.2019 à 10h21 | Mis à jour le 11.10.2019 à 11h18
    Imprimer
    Photo ALP

    [MàJ 11h15] Il aura fallu 16 heures de discussions, d’affrontement et d’entretiens par petits groupes pour parvenir à ce compromis sur la date du prochain référendum.

    Il aura fallu aussi tout ce temps pour parvenir à compromis sur les modalités d’inscription sur la liste référendaire. Les natifs nouveaux majeurs ayant plus de trois ans de résidence ne seront pas inscrits d’office comme le souhaitaient l'ensemble non indépendantistes. Mais l’État leur adressera des courriers individuels pour les inciter à faire la démarche.

    Le troisième référendum et la date de son organisation font aussi l’objet d’un aménagement spécial. Il pourra avoir lieu en 2021, ce qui convient à l’Avenir en confiance, ou en 2022, ce que préfèrent Calédonie ensemble et les formations indépendantistes sous la présidence Macron.

    Une période d’exclusion a cependant été posée entre septembre 2021 et août 2022, afin d’éviter la précampagne et la campagne présidentielle, puis celle des législatives qui suivront.

    Edouard Philippe a également confirmé son intention d’engager 9 milliards CFP supplémentaires dans les contrats de développement. L’État devrait flécher ces concours financiers avant la fin de l’année.

    [10h20] A l'issue du XIXe comité des signataires, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le deuxième référendum aura lieu le 30 août ou le 6 septembre 2020. Ce choix sera fixé « dans les quinze jours », le temps que les ministères de l'intérieur et de la justice conduisent une « instruction afin d'assurer une mobilisation des moyens équivalents que ceux de la première consultation ».

    Sur sa page Facebook, l'Avenir en confiance vient de publier le relevé de conclusions de ce comité des signataires.

  • VOS RÉACTIONS