• | Crée le 23.04.2020 à 10h15 | Mis à jour le 23.04.2020 à 10h39
    Imprimer
    Archives LNC

    « Nous sommes totalement opposés à l'arrivée de ce vol ».

    Dans un communiqué paru ce jeudi matin, les membres indépendantistes du gouvernement « appellent les autorités de l'État à suspendre » un vol transportant quelque 180 militaires qui doit atterrir à l'aéroport de La Tontouta ce dimanche 26 avril.

    « Il semble que cette arrivée s'inscrive dans le processus habituel de renouvellement de cette catégorie de fonctionnaires. Cependant, compte tenu de la période très particulière que nous traversons, nous sommes totalement opposés à l'arrivée de ce vol. La Nouvelle-Calédonie a décidé de réduire au maximum le risque d'une nouvelle propagation de la maladie. Pour ce faire, le gouvernement et le Haut-commissariat ont décidé conjointement la suspension du rapatriement des Calédoniens et le renforcement des mesures de confinement, suivant ainsi les recommandations des autorités scientifiques », écrivent Gilbert Tyuienon, Didier Poidyaliwane, Jean-Louis D'Anglebermes, Valentine Eurisouké et Jean-Pierre Djaiwé.

    « Dans ce contexte, il est malvenu que des vols militaires ou même civils fassent entrer des personnes, qui ne seraient pas soumises aux procédures imposées par les autorités sanitaires calédoniennes, de la période précédant l'embarquement jusqu'à la mise en confinement strict. Ces personnes viennent tout de même d'un pays où l'épidémie est encore très présente, et leur arrivée, sans que toutes les garanties sanitaires soient réunies, ferait prendre un risque inconsidéré à la population calédonienne. En conséquence, nous appelons les autorités de l'État à suspendre ce vol, le temps que la situation sanitaire le rende à nouveau possible ».

    Une position qui n'est pas sans rappeler celle du Sénat coutumier. Mercredi, les autorités coutumières se sont déclarées opposée « à l'arrivée de personnels militaires et administratifs de l'État ». « Nous considérons que ces personnes viennent du quatrième pays le plus contaminé par la Covid-19 et qui compte 20 000 décès. Le monde coutumier océanien s’oppose à ces arrivées, malgré la promesse d’un confinement strict, au moins jusqu’à la levée du confinement en France », indique l’institution dans un communiqué. Le Sénat coutumier regrette que sa parole ne soit pas respectée. « Nos initiatives et notre participation à la gestion de la crise ont pourtant été reconnues. » « Les coutumiers rappellent qu’ils ont contribué à l’apaisement des tensions dans les tribus au plus fort de la crise. » « Devant la déception que certains expriment de plus en plus de voir maltraitées la parole et la vision coutumières, nous craignons de nouveaux débordements qui seraient plus difficiles à gérer », souligne le communiqué signé du président, Hippolyte Sinewami Htamumu.

    Plus d'informations prochainement sur votre site internet lnc.nc ou dans votre édition de demain, vendredi 24 avril.

  • VOS RÉACTIONS