• Ph. F. | Crée le 11.10.2019 à 06h03 | Mis à jour le 11.10.2019 à 09h34
    Imprimer
    Le XIXe Comité des signataires a ouvert ses portes ce jeudi à l'hôtel Matignon, à Paris. Photo Philippe Frédière

    Après onze heures d’échanges tendus, les discussions marquent le pas au XIXe Comité des signataires. Seul point positif à ce stade, l’État semble disposé à débloquer neuf milliards CFP supplémentaires dans le cadre des contrats de développement pour soutenir l’économie calédonienne ainsi que différents projets visant la jeunesse et l’enseignement. Thierry Santa en a fait l’annonce lors de la pause déjeuner qui a suivi une matinée consacrée à l’économie. L’Union Calédonienne a boycotté cette séquence économique et sociale, estimant qu’elle n’avait pas lieu de se tenir à Paris en présence de l’Etat.

    Mais ensuite, quand il a été question du choix de la date du prochain référendum et des modalités d’inscription sur la liste référendaire, une fracture profonde est apparue entre l’Avenir en confiance et le FLNKS, Calédonie ensemble restant sur une position plus médiane.

    Les positions sont toujours figées au moment ou le jour se lève à Nouméa. L’UNI et l’UC demandent à discuter directement avec l’État, mais le Premier ministre cherche autant que faire se peut à obtenir un consensus.

    En pareil cas, seule la fatigue grandissante des uns et des autres peut les ramener sur le chemin du compromis.

  • VOS RÉACTIONS