• | Crée le 02.08.2018 à 13h07 | Mis à jour le 02.08.2018 à 13h28
    Imprimer
    Photo archives LNC

    Estimant que l'échéance est une « farce électorale » ou encore un rendez-vous « bidon », le Parti travailliste avait décidé, le 15 juillet dernier, lors d’un congrès extraordinaire à Nouméa, d’appeler à « la non-participation massive » au référendum du 4 novembre. Avant de préciser qu'il s'agit bien d'une non-participation, et pas d'un boycott.

    Deux semaines après cette annonce du Parti travailliste, le groupe UC-FLNKS et Nationalistes (UCFN) au Congrès a déposé une nouvelle constitution de groupe auprès de l'institution : le nom est identique mais l’équipe n’est plus la même. Celle-ci est désormais composée de treize membres et non plus quinze. Les absents ? Louis-Kotra Uregei et Marie-Pierre Goyetche. Qui ont rejoint Basile Citré et Gaël Yanno, deux élus également sans étiquette.

    Dans un communiqué diffusé ce jeudi 2 août, le Parti travailliste « tient à préciser que ses élus ont été des partenaires loyaux et assidus du groupe UCFN [et que] le représentant du Parti travailliste a été le seul à défendre les positions du groupe alors même que les élus de l'Union calédonienne ont renié ces positions initiales pour s'aligner derrière celles de Paul Néaoutyine et de l'état colonial […] afin de permettre et de faciliter toujours davantage les inscriptions de non-Kanak.

    Le communiqué, signé du bureau politique du Parti travailliste, qualifie ensuite la charte des valeurs communes de « fruit d'une nouvelle couillonnade issue d'un G10 illégitime devenu le G7 encore plus illégitime puisque les représentants indépendantistes n'ont jamais été mandatés par le peuple kanak ».

    « C'est dans la dignité, poursuit le bureau politique du Parti travailliste, que nous assumons avec détermination et confiance notre choix de ne pas participer, le 4 novembre, au parachèvement de l'œuvre commencée avec l'Accord de Nouméa, de négation du peuple kanak au profit du pseudo-peuple calédonien bricolé, cher à Philippe Gomès [qui] n'est pas victime de l'histoire au sens de Nainville-Les-Roches, ainsi qu'à l'Etat colonial et à leur complices indépendantistes ».

  • VOS RÉACTIONS