fbpx
  • | Crée le 27.08.2020 à 11h34 | Mis à jour le 27.08.2020 à 11h50
    Imprimer
    Louis Mapou (Photos Archives LNC)

    Pour l'Uni (Union nationale pour l'indépendance), l'Etat a pris parti en faveur des loyalistes. C'est ce que le parti indépendantiste dénonce dans un communiqué signé Louis Mapou et diffusé ce jeudi matin, en détaillant les griefs formulés vis-à-vis de l'Etat : ils concernent l'utilisation des symboles de la République, les explications de l'Etat sur les implications du oui ou du non et la conduite de la politique minière.

    Sur l'utilisation du drapeau tricolore et l'hymne national par les partisans du « Non » dans le cadre de la campagne référnedaire, l'Uni précise que le parti a « formé un recours auprès du conseil d’Etat. A un mois du référendum le conseil d’Etat n’a toujours pas statué ».

    Au sujet du document que l'Etat devait produire au sujet des implications du Oui ou du Non, l'Uni rappelle que le « comité de pilotage avait fixé une méthode, proposé un préambule et arrêté les 13 thématiques pour nourrir cette communication. Finalement, l’Etat nous sert la même communication de 2018 améliorée. La toute-puissante administration de l’Etat n’a pas eu le temps de travailler. Cette communication ne répond pas à la demande du Comité des signataires du 10 octobre 2019.

    « Il avait été convenu à ce Comité des signataires que des discussions pourraient s’ouvrir en bilatérales ou en plénières entre l’Etat et les groupes politiques calédoniens. Une réunion bilatérale avec certains groupes a bien eu lieu. Mais depuis le COVID 19 et la nomination du nouveau gouvernement de Monsieur Castex, l’Etat est absent », assure l'Uni.

    « Enfin, l’Etat, actionnaire de Eramet et SLN et, financier de Vale, a décidé de laisser le champ libre aux deux multinationales pour brader le patrimoine des Calédoniens. Le Haut-Commissaire n’a pas daigné recevoir les responsables de la manifestation sur le Nickel, alors même que, par ailleurs, l’Etat dit vouloir valoriser le chemin du dialogue. »

    Pour toutes ces raisons, l’Uni considère que « l’Etat est devenu un partenaire partisan en faveur du Non à la consultation du 4 octobre 2020. Elle appelle à la mobilisation pour les prochaines actions sur le Nickel et pour le Oui à la pleine souveraineté ».

     

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER
    X

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • VOS RÉACTIONS