fbpx
    Sud
  • Cécile Rubichon | Crée le 11.02.2021 à 17h10 | Mis à jour le 11.02.2021 à 19h26
    Imprimer
    Vale dénonce des violences qui se seraient produites en marge d'un rassemblement pour l'environnement initié par le collectif Usine du Sud = usine pays. Photos Vale et DR
    Ce jeudi matin, le collectif "Usine du Sud  = usine pays" appelait "tous les amoureux de la mer et des récifs" à se rassembler en baie de Prony pour défendre "un environnement sain pour un climat de paix". Dans un communiqué, Vale dénonce des violences qui se seraient produites en parallèle, sur terre, comme sur mer. 

    À l’appel du collectif "Usine du Sud = usine Pays", une vingtaine de bateaux étaient rassemblés ce jeudi matin dans la baie de Prony. L’idée : défendre "un environnement sain pour un climat de paix".


    Une vingtaine de bateaux se sont rassemblés "pour l'environnement" en baie de Prony à l'appel de l'USUP le jeudi 11 février.  Photo DR

    Une manifestation qui s’est "accompagnée d’actes violents, d’exactions et d’incendies", dénonce Vale dans un communiqué, photos à l’appui. "Depuis l’annonce de la vente, la préservation de l’environnement est souvent utilisée comme une raison pour s’opposer au repreneur de l’usine du Sud. Différentes informations aussi fausses que catastrophiques concernant l’environnement de l’usine du Sud ont pu ainsi être véhiculées ici et là sur les réseaux sociaux en vue d’affoler des personnes authentiquement inquiètes pour l’environnement", se défend une fois de plus l’industriel, s’appuyant sur "la vérité scientifique" "d’expertises indépendantes réalisées depuis l’ouverture du site" pour rejeter ces craintes.

    "Nous ne doutons pas de la sincérité de certains des participants (...). Mais ces actes-là ne doivent pas rester cachés, et personne ne pourra les justifier d’une quelconque motivation à préserver l’environnement", justifie le communiqué. Les photos montrent notamment des jets de pierres et des incendies au niveau du vrac.


    Des jets de pierres et de plombs de pêche depuis le quai vrac. Photo Vale

    "Sur terre", on voit d’anciens bâtiments de mine, près de la rivière Kwé, en feu.


    Des anciens bâtiments de la mine, près de la rivière Kwé, ont été incendiés. Photo Vale

    Au niveau d'une entrée de mine, "vers 6h, les assaillants mettent le feu à une chargeuse et deux véhicules légers, après avoir caillassé le personnel chargé de la surveillance. Plus de 70 MCFP de dégâts", est-il précisé dans l’une des légendes.


    "Vers 6 heures ce jeudi, les assaillants ont mis le feu sur une entrée mine à une chargeuse et à deux véhicules légers après avoir caillassé le personnel chargé de la surveillance. Vale estime les dégâts à plus de 70 millions de francs, sans compter l'impact environnemental", précise l'industriel. Photo Vale

    Pour rappel, le collectif Usine du Sud = usine pays appelle "l’ensemble des enfants du pays concernés par leur avenir à se mobiliser dans les rues de Nouméa, demain, vendredi 12 février, à partir de 8h". Le collectif entend montrer que l'opposition à la reprise de l’usine du Sud par Prony Resources, dont le projet ne constitue "pas une solution pérenne pour aller vers la résolution du conflit", ne faiblit pas.

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER
    X

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE

     


  • VOS RÉACTIONS