Grand Nouméa
  • LNC | Crée le 27.03.2003 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 18h05
    Imprimer
    Seize ans après l'adaptation d'Hannibal, roman de Thomas Harris, sous le titreLe Sixième Sens, Brett Ratner réalise Dragon rouge. Cette nouvelle adaptation est le prolongement du film-culte Le silence des agneaux.

    Trois ans après avoir arrêté le docteur Hannibal Lecter (Anthony Hopkins), Will Graham (Edward Norton) vit paisiblement avec sa femme et son fils en Floride. Les blessures physiques que lui a infligées ce dangereux criminel ont disparu, mais il garde encore quelques séquelles psychologiques de sa rencontre avec lui. Cette mauvaise expérience l'a amené à se retirer du FBI.Un jour, son ancien patron (Harvey Keitel) vient lui rendre visite. Il a besoin de son aide pour traquer un tueur en série connu sous le nom de « La petite souris ». Ce dernier a déjà massacré deux familles, lors de nuits de pleine lune. Le FBI ne dispose que de quelques jours avant qu'il ne frappe à nouveau. Will Graham possède le don de se projeter dans l'esprit des criminels qu'il traque, au risque de s'y perdre lui-même. Il ne se sent pas prêt à reprendre du service, mais a-t-il réellement le choix ? Après avoir minutieusement étudié les scènes de crimes, il conclut que sa seule chance d'appréhender le meurtrier consiste à sonder l'esprit et les fantasmes d'un assassin aussi brillant et pervers que lui. Et il n'en existe qu'un au monde, son vieil et terrifiant ennemi, Hannibal Lecter… Le premier roman de la trilogie Hannibal écrite par Thomas Harris - ce dernier déclina par la suite les méfaits du docteur cannibale à travers deux autres romans qui firent l'objet d'adaptations au cinéma : Le Silence des agneaux et Hannibal , a déjà été adapté au cinéma par Michael Mann. Réalisé en 1986, ce film, interprété par William L. Petersen, s'intitulait Le Sixième Sens. Le personnage d'Hannibal Lecter était alors incarné par Brian Cox. Difficile, en 2002, d'adapter le roman de Thomas Harris avec l'innocence qui était celle de Michael Mann en 1986. Depuis lors, ce roman isolé est devenu le premier volet d'une trilogie qui a fait date.Le Silence des agneaux, Jonathan Demme, Jodie Foster, Anthony Hopkins et une poignée d'oscars sont en effet depuis passés par là...L'adaptation repose sur un parti pris que certains ont trouvé astucieux, d'autres facile : faire de ce film un prolongement du Silence des agneaux, au niveau du visuel aussi bien que de l'interprétation (seul Scott Glenn cède la main à Harvey Keitel pour le rôle de Jack Crawford, directeur du FBI).Jusqu'à un ultime clin d'œil, destiné à boucler la boucle. Un polar déjà vu, mais dont les ficelles solides marchent encore. Des décors inspirés des appartements de FreudChef décoratrice et réalisatrice deuxième équipe du Silence des agneaux, Kristi Zea,apporta sa connaissance intime de la personnalité et de l'environnement d'Hannibal.A la sortie du Silence des agneaux, ses plans de la cellule de Lecter avaient été légués à l'American Museum of Moving Image de New York. La production les en a sortis, pour recréer cette cellule en parfaite conformité avec l'original.Les décors conçus par Kristi Zea pour Dragon rouge tissent également des liens précis entre le passé et le présent de Lecter.La décoratrice a dessiné les intérieurs du psychiatre en s'inspirant partiellement des appartements de Sigmund Freud, mais a veillé à leur conférer une authentique « touche Lecter », mêlant de savants arrangements floraux à une impressionnante collection d'œuvres d'art et d'antiquités.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS