Grand Nouméa
  • J.J. | Crée le 05.06.2019 à 04h30 | Mis à jour le 05.06.2019 à 08h00
    Imprimer
    Les agents Kevin Corbet et Jules Weinane ont informé Isabelle de la campagne, hier, au squat de la Presqu’île océanienne. Photos J.J.
    DUMBÉA. Prolongée jusqu’au 21 juin grâce à de nouveaux fonds de la Dimenc, la campagne d’enlèvement des véhicules hors d’usage pourrait battre des records.

    « La campagne était initialement prévue sur le domaine public dans le sud de la ville. Nous sommes allés à une réunion sur le fonds TAP de la Dimenc, qui permet un déblocage de fonds spécifiques pour l’enlèvement des véhicules sur le territoire. Il nous a donc été demandé de faire un recensement sur l’ensemble de la commune. » D’abord prévue jusqu’à fin mai, la campagne municipale annuelle d’enlèvement gratuit des véhicules hors d’usage (VHU) a depuis pris une autre dimension grâce à cette rallonge budgétaire confirme Philippe Lissarrague, le chef de la police de Dumbéa.

    Jusqu’au 21 juin, en plus du domaine public, la police recensera gratuitement les véhicules, au nord et au sud de la commune, chez les particuliers, les bailleurs sociaux, dans les squats et sur les terres claniques, notamment du côté du Val Suzon. Une action menée gratuitement pour les privés, qui doivent normalement assumer seuls les frais d’enlèvement chez eux, et qui sont invités à se manifester. « Cela engendre un gros travail de recensement, et surtout, d’identification des véhicules. C’est pour ça que j’ai détaché deux agents à temps plein pour effectuer cette mission. »

    Une centaine de plus

    Quelques épaves connues, comme celle visible depuis la bretelle de Normandie, à côté du centre commercial, devraient disparaître.

     

    Avantage financier, pour la salubrité, surtout avec l’arrivée de l’été et des pics de dengue, sauvegarde de l’environnement, autant d’arguments qui devraient pousser les personnes intéressées à se manifester selon le chef de la police. L’engouement serait déjà là selon le brigadier-chef Jules Weinane, en charge des campagnes depuis le début, accompagné pour ce nouveau volet par le gardien de police Kevin Corbet. Estimés à une cinquantaine grâce au travail de repérage effectué par tous les agents, les deux hommes en ont comptabilisé une centaine de plus depuis le 20 mai. Hier, ils se sont rendus au squat de la Presqu’île océanienne pour informer les habitants. « La police municipale est avant tout une police de proximité [...] Jules est là depuis vingt ans, tout le monde le connaît. Ça permet aux gens des squats de ne pas se sentir exclus », détaille Kevin Corbet. De quoi contenter Eugène, le fils de Marie-Rose Naporapoé Kwonion, la présidente du squat. « On a déjà fait des demandes à la mairie et chez EMC, on était prêt à payer, mais on nous a dit qu’il fallait la carte grise. » Et leur mission de terrain mène aussi à quelques surprises. « La semaine dernière, on est tombés sur une vieille épave, et en menant notre enquête, on a découvert que c’était un véhicule volé. Là, la procédure change un peu, c’est la gendarmerie qui reprend », racontent les agents une lueur d’adrénaline dans les yeux. Ils sont presque sûrs de pouvoir compter 250 épaves et peut-être 450, si les bailleurs se manifestent.

    *A lire sur lnc.nc : « Les Dumbéens ont jusqu’au 31 mai pour signaler leurs épaves à la police »

     

    Deux points de dépôt

    Les véhicules seront ramassés à partir du 21 juin et rassemblés sur deux points de dépôt, dans le nord et le sud, avant l’enlèvement et la dépollution par les entreprises Caleco et EMC, avec le SIGN. Les propriétaires pourront consulter la liste des véhicules à la DITTT pendant quinze jours.

    Lors de la première campagne, en 2017, plus de 460 épaves avaient été enlevées sur la commune. Menés depuis par secteur, en fonction du budget communal alloué, les recensements comptabilisaient depuis une quarantaine de carcasses par an. Cette nouvelle édition, menée grâce aux fonds supplémentaires de la Dimenc, au prorata des véhicules recensés, pourrait donc égaler celle de 2017.

    * Police de Dumbéa : 41 88 88.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS