Lifou
  • | Crée le 20.12.2010 à 17h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 20h20
    Imprimer
    Habituellement, le vendredi est un jour d'effervescence à Wé. Et pour cause, c'est jour de marché. Mais, avec la pénurie de carburant, c'est toute l'économie de l'île qui s'en trouve affectée.

    En savoir plus

    Jeudi 16 décembre : Lifou paralysée par une panne sèche

    La cellule de crise, mise en place mercredi, se réunit régulièrement depuis pour faire le point et réévaluer les priorités. Les réserves de la centrale EEC, priorité absolue, font ainsi l'objet d'une surveillance toute particulière.
    Jeudi, 1 000 litres de carburant ont été livrés à l'Aviation civile. Et une réserve stratégique permet d'approvisionner les ambulances tandis qu'un système de bons de carburant a été mis en place avec le magasin Korail, à destination des professionnels de santé, mais aussi des bus et des navettes. Une mesure qui évite, pour le moment, une paralysie totale de l'île.

    Paralysie. Mais la liste des dommages collatéraux de cette situation commence à s'allonger. Les chantiers routiers sont suspendus. Les ordures ménagères ne seront pas collectées. Le bateau Ieneic, qui dessert Tiga deux fois par semaine, a été contraint d'annuler ses rotations de la semaine, ainsi que celle de mardi prochain.
    Les pêcheurs professionnels, quant à eux, seront bientôt tous à quai malgré la météo clémente : « On a commandé des fûts d'essence pour être sûr de pouvoir sortir en mer dès mercredi, mais on n'est même pas sûrs qu'ils puissent être embarqués. » Un problème qui risque de se répercuter sur les étals de la poissonnerie, alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas.
    Le déblocage des navettes, accueilli avec soulagement par de nombreuses personnes, permet de se rendre au dispensaire, dans les magasins ou à la poste. Mais, hier, le marché n'a pas connu son affluence habituelle.
    Et pour se rendre au travail, les salariés se débrouillent comme ils le peuvent : « On fait du covoiturage. Certains viennent en navettes, mais on ne décide pas de l'heure du retour. Quand on habite à 35 kilomètres, il vaut mieux ne pas laisser passer l'occasion. »

    Sur dix jours, ça nous fait un énorme manque à gagner.

    A l'aérodrome de Wanaham, la situation est parfois tendue. Les avions arrivent comme prévu, mais parcourir les derniers kilomètres pour aller chez soi devient souvent très compliqué. À l'exemple de ce jeune, scolarisé à Nouméa, qui rentre pour les vacances : « Ma famille n'a pas pu venir me chercher, ils n'ont plus d'essence. Je vais essayer de faire du pouce, mais pour le moment, les voitures sont toutes remplies. »

    Impuissance. Du côté des loueurs de voitures, un sentiment d'impuissance laisse un goût amer. La plupart d'entre eux, confrontés au même problème quelques mois auparavant, avaient commandé des fûts de carburant. Une réserve qui leur a permis de tenir quelques jours, mais qui est désormais épuisée. « Dès qu'on a su qu'il n'y avait plus d'essence, on a appelé nos clients pour les informer de la situation. Sur dix jours, ça nous fait un énorme manque à gagner, s'indigne une gérante, qui s'empresse d'ajouter, et puis quelle image du tourisme peut-on donner ? »
    De nombreuses annulations de séjour ont été également enregistrées, alors que la saison touristique bat son plein.
    Pour les touristes qui sont appelés à se rendre à Lifou dans les prochains jours, il est conseillé de se renseigner auprès de la structure d'hébergement et du loueur de voitures, pour savoir s'il y a lieu d'annuler ou non, puisque la situation devrait être rétablie mercredi.

    Conditions de ravitaillement

    La CMI précise, dans une lettre adressée à la SSP (Société de services pétroliers), les conditions dans lesquelles la compagnie ravitaillera les Îles lors des rotations qu'elle effectuera lors des prochains jours.
    Ainsi, pour la rotation qui mènera le Havannah à Maré, puis à Lifou et à Ouvéa, 100 % de la quantité prévue sera acheminée, tandis que 68 tonnes de gasoil seront déduites de la quantité prévue par la SSP. Et cela pour permettre d'acheminer les jouets et le strict minimum pour Noël. En revanche, précise la CMI, 80 000 litres de gasoil seront à disposition pour les voyages du 27 décembre et du 4 janvier pour le dépôt de Lifou.
    Et la CMI de conclure qu'elle souhaite voir organiser une réunion, le 21 décembre, avec l'ensemble des intervenants dans le marché d'attribution de la distribution de carburants sur les Îles, à savoir : le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, le haut-commissariat, les Affaires maritimes, la STILES, la SSP et, bien sûr, la CMI.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS