Lifou
  • | Crée le 27.10.2010 à 17h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 20h13
    Imprimer
    La cinquième édition du week-end touristique, organisée à la tribu de Mou, s'est achevée dimanche soir après trois jours de festivités. Marquée du label vanille, elle a aussi été rythmée par de nombreuses animations. Dont une rencontre entre un crabe et un serpent qui a fait frissonner le public.

    Le beau temps n'était pas annoncé et pourtant cette édition dédiée en partie à la vanille a bénéficié d'un temps très agréable, notamment samedi lorsque la fête battait son plein. Un vrai bonheur pour la centaine de touristes venus de tous horizons et logés dans les environs de Mou et de Xodre. Tous ont d'ailleurs apprécié la chaleur de l'accueil.
    De jolis stands, tous tressés de palmiers et décorés avec soin, les ont accueillis pour des dégustations de plats locaux souvent confectionnés à base de vanille. D'autres stands de vente de vêtements, de bijoux, de chapeaux artisanaux étaient aussi présents.
    Ces trois journées ont également été rythmées par de nombreuses animations. Parmi elles, Une élection de Miss. Plus bucoliques, des randonnées guidées étaient proposées pour découvrir le sentier de Bernard l'ermite, ou les joyaux de Luengoni, l'une des belles grottes de l'île. Le tour du nord de Lifou était aussi proposé, ainsi qu'un circuit autour de Mou.
    Enfin, la balade dite « sur les traces de Weniko Qatr », qui permettait la visite d'une vanilleraie, d'une palmeraie et la découverte des plantes médicinales, a connu un gros succès.

    Une séquence frisson avec un lâcher de serpent local.

    Sur le site, une autre attraction de taille attendait les visiteurs : la présentation d'un serpent (l'itreqe de Wedrumel) non venimeux. Un dresseur local l'a sorti de sa cage en compagnie d'un énorme crabe de cocotier pour une séquence frisson assurée.
    Se sont succédé ensuite des groupes de musique, de chants et danses. Ainsi, le groupe Mankava, les chorales de Luecilla et de Mou, les danseurs de Drueulu, du Wetr et d'autres groupes encore ont ravi petits et grands. Enfin, un bougna géant, offert par la tribu de Luecila, a été dégusté par les visiteurs, en attendant les premières notes d'une soirée musicale très appréciée.
    Cette cinquième édition, marquée du sceau de la convivialité, fait déjà dire à certains touristes qu'ils reviendront l'an prochain en compagnie d'amis ou de membres de leur famille. Les organisateurs peuvent donc être rassurés sur la pérennité de la manifestation.

    Que retenez-vous de ce week-end ?

    Gilles (Nouméa)
    « Un accueil très satisfaisant »

    « L'hébergement et l'accueil en tribu sont très satisfaisants. Ma femme et moi sommes très contents de l'ouverture d'esprit des gens d'ici. Le tarif du forfait est aussi très attractif, nous allons probablement revenir l'an prochain avec nos enfants. Seule ombre au tableau, le contenu du programme parfois défaillant. On nous avait promis d'assister à un match de cricket, il n'a pas eu lieu. »

    Marie-Thérèse (Finistère)
    « La découverte de la vanille »

    « Mon mari et moi sommes de passage à Nouméa pour rendre visite à notre fils. Nous sommes très heureux d'être venus ici et de découvrir la vanille. Nous avons été surpris de constater que les gens, ici, ont gardé à ce point leurs coutumes. Ils ont raison, sinon cela disparaîtrait. Nous avons goûté au manioc et dormi dans une case pour la première fois. C'est une bonne expérience. »

    Alexandre (Toulouse)
    « Le geste de la coutume »

    « Nous sommes venus à trois jeunes. Nous avons été surpris de l'ouverture d'esprit des gens. Nous avons fait un geste de coutume qui les a touchés et ils nous ont fait un discours de remerciement qui nous a remué les tripes. On a visité les grottes de Luengoni, on a appris à tresser et on a aimé l'hébergement en case. Il faut aller vers les gens, montrer qu'on s'intéresse à eux. »



    La vanille en bref

    « L'ahmlewedr ne dreh son », c'est la vanille de Lifou. Une vanille dite Bourbon qui a été introduite en 1860 par Mac Farlane Joyce. Entre 1890 et 1990, 57 000 pieds ont été recensés. Puis, en 1996, des boutures ont été récupérées à Maré, il y a actuellement plus de 400 producteurs dans les Loyauté (50 en 1990)……. En 2002, trois associations de vanille sont nées dans les îles Loyauté et, en 2003, un label bio a été reconnu pour sa valeur marchande. Une maison de la vanille est en projet de construction depuis 2008. Elle devrait ouvrir ses portes à court terme.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS