Monde
  • | Crée le 05.03.2019 à 04h30 | Mis à jour le 05.03.2019 à 09h00
    Imprimer
    « Les éléments de l’EI qui sont encerclés refusent de se rendre, la majorité d’entre eux sont des étrangers, notamment des Français », confie à l’AFP un commandant des FDS, Rustom Hassaké. Photo Bulent Kilic/AFP

    SYRIE. Des forces arabo-kurdes soutenues par la coalition internationale antijihadistes ont déversé dimanche un déluge de feu sur la dernière poche du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, cherchant à asséner le coup de grâce à son « califat » autoproclamé il y a près de cinq ans.

    Après l’évacuation de milliers de civils ces derniers jours, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont repris vendredi l’offensive contre les combattants de l’EI, retranchés dans une poche du village de Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, aux confins orientaux de la Syrie.

    Après avoir reconquis l’immense majorité du village, les combattants kurdes et arabes ont acculé les jihadistes dans ce réduit, où la coalition internationale emmenée par Washington a repris ses raids aériens, selon des équipes de l’AFP sur place.

    A environ 400 mètres de la ligne de front, un journaliste de l’AFP pouvait entendre sans interruption les tirs d’artillerie et le crépitement des armes. Des nuages de fumée noire et grise, provoqués par les frappes, flottent au-dessus du secteur visé, composé de quelques pâtés de maisons accolées à un campement informel près de l’Euphrate.

    Après une frappe, un dépôt de munitions souterrain a explosé, provoquant des déflagrations comme un feu d’artifice. Une partie du campement informel a été détruite, mais plusieurs tentes tiennent debout.

    Sur le toit d’un immeuble près du théâtre des opérations, un commandant des FDS explique à l’AFP que la majeure partie du campement a été débarrassée de l’EI.

    « On ne sait pas combien de membres de l’EI sont toujours dedans. Ils sont totalement assiégés. Ils ont enfoui beaucoup de mines dans les maisons et sur les routes », affirme ce commandant.

    Après une montée en puissance fulgurante en 2014, l’EI avait proclamé en juin de la même année un « califat » sur les vastes régions et les grandes villes conquises en Syrie et en Irak voisin, où l’organisation ultraradicale a mené de multiples exactions.

    Mais face à plusieurs offensives ces deux dernières années, les jihadistes ont vu leur territoire se réduire comme peau de chagrin.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS