Nord
  • | Crée le 06.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 06.06.2019 à 08h52
    Imprimer
    Ces travaux devraient s’achever d’ici la fin du mois d’octobre. Photo I.C.
    KAALA-GOMEN. Après quatre mois d’interruption à la suite d’un droit de retrait, les travaux de voirie et de réseaux lancés par la SCI Hounawe ont repris, mardi matin, au lotissement Hounawe.

    A la suite de dégradations et d’exactions, commises de novembre 2018 à janvier 2019, sur des panneaux de chantier et envers des employés, les entreprises en place ont fait jouer leur droit de retrait. La SCI Hounawe s’était alors vu dans l’obligation de suspendre les travaux en cours sur son lotissement. Ces derniers, après quatre mois de stand-by, ont repris mardi matin.

    Une revendication

    La SCI Hounawe, gérée par Robert Leroy et son associée Mylène Appaganou, a été constituée en février 2015. Les gérants ont, à cette époque, détaché une parcelle de 22 hectares de leur propriété, en mars de la même année, afin d’y réaliser un lotissement. Ils ont entrepris les démarches administratives auprès de la province Nord pour obtenir le permis de lotir, accompagné en décembre d’un avant-projet préalable.

    Après diverses modifications à cette première demande, qui avait préalablement été refusée, le permis de lotir a été accepté en avril 2017. « Suite à cette décision, nous avons posé le panneau réglementaire de recours des tiers durant trois mois. Aucun recours n’a été fait concernant la réalisation de ce lotissement. Nous avons alors commencé les démarches bancaires pour obtenir, en octobre 2018, la garantie d’achèvement des travaux. La province Nord nous a ensuite accordés, en novembre, la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) », renseigne la cogérante de la SCI Hounawe, qui ajoute : « Nous avons commencé les travaux avant l’échéance - le 19 octobre 2018 - de notre permis de lotir. Le 4 novembre, nous avons eu un panneau de revendication apposé sous notre panneau de chantier. »

    Plusieurs dégradations et exactions ont alors suivi, entraînant momentanément l’arrêt des travaux. « Nous avons une voie judiciaire en cours… Mais pour clore vraiment le problème, nous avons fait appel aux coutumiers de la grande chefferie de Kaala-Gomen pour convoquer les fauteurs de troubles et mettre à plat le problème de leurs revendications, que la grande chefferie ne reconnaît pas. Les palabres ont duré environ trois mois, et ce, tous les dimanches », plaide Mylène Appaganou.

    Ces palabres ont ensuite débouché sur une réunion organisée à la mairie de Kaala-Gomen, en mars dernier, entre des élus municipaux, la commissaire déléguée de la République, Marie-Paule Tourte-Trolue, la gendarmerie, l’ensemble des clans, le grand chef, le Conseil des anciens de Kaala-Gomen et les cogérants de la SCI Hounawe, accompagnés du représentant du bureau d’études ACE, maître d’œuvre.

    Il avait alors été décidé de la reprise rapide des travaux, mais les entreprises choisies se trouvaient alors engagées sur d’autres chantiers.

    Il a donc fallu attendre qu’elles puissent se désengager en partie, pour certaines, de leurs obligations pour relancer le 27 mai les travaux.

    Les 22 hectares de ce lotissement sont en pente douce. Il comportera trois lots commerciaux en bordure de RT1 et trente-huit lots résidentiels se répartissant en douze lots de 25 ares, vingt lots de 50 ares et six lots de plus de 50 ares.

    Ce lotissement aura une voirie principale se terminant par deux hectares d’espaces verts privés.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS