Nord
  • Marjorie Bernard | Crée le 21.10.2009 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 18h18
    Imprimer
    Hier matin, les élus se sont réunis dans l'hémicycle de l'hôtel de la province Nord. Soixante-treize délibérations ont été adoptées lors d'une séance marquée par le débrayage d'une centaine d'agents venus soutenir Evelyne Goro Atu, la directrice des finances et du budget. Elle a été remerciée par le président, Paul Néaoutyine.

    L'assemblée plénière a débuté sur les chapeaux de roue, hier matin, à la province Nord. Pour accueillir les élus, une centaine de manifestants réunis en intersyndicale (USTKE, Fédération des fonctionnaires et UT CFE CGC) ont exprimé ainsi leur soutien à Evelyne Goro Atu, la directrice des finances et du budget. Elle a appris de la bouche du président, en début de mois, qu'elle ne serait pas reconduite dans ses fonctions au-delà de son détachement, prévu jusqu'au 31 décembre 2009. Le conflit entre la direction des finances et du budget (DFB) et le secrétariat général ne date pas d'hier. En août dernier, il avait rejailli avec une grève des quatorze agents de la DFB, mais un protocole d'accord signé entre les deux parties avait apaisé les esprits. Et c'est justement « le non-respect », selon les manifestants, de ce protocole, qui a poussé les agents à remettre le couvert, hier matin. « On avait parlé de dialogue et rien n'a été fait, insiste José Caunes, délégué syndical de la Fédération des fonctionnaires, et finalement on apprend que la directrice ne sera pas reconduite dans ses fonctions. » Puis, il y a eu cette lettre anonyme, déposée lundi soir dans les bannettes des responsables syndicaux, en réponse au mouvement entamé vendredi dernier. Une goutte, dans laquelle est évoqué le manque de vertu du syndicalisme, qui a fait déborder le vase. Paul Néaoutyine s'est exprimé en début de séance. Il a estimé ne « pas avoir à motiver sa décision » de reconduire ou non un directeur à son poste. « Bien sûr, je pense que le dialogue social est indispensable, mais je crois aussi que la collectivité doit défendre son personnel attaqué dans le cadre de ses fonctions. » « On avait parlé de dialogue, et rien n'a été fait » Les élus de l'opposition, par les voix de Daniel Goa, de l'Union calédonienne, et de Rock Doui, chef de groupe du Parti travailliste, ont désapprouvé la décision du président. « Nous retenons votre volonté de favoriser le développement de l'emploi local [...]. Or, la gestion de ce conflit ne répond pas à cette démarche puisqu'il y a eu arrêt du contrat de mise à disposition d'Evelyne Goro Atu, cadre kanak » , a insisté Daniel Goa. Rock Doui, de son côté, « ne veut pas cautionner des dérives d'autoritarisme ». Le secrétariat général ne s'est pas exprimé publiquement, mais a remis un communiqué de presse où sont évoqués les problèmes de dysfonctionnement récurrents entre La DFB et le secrétariat général et que « malgré une tentative de ramener la directrice des finances à un comportement respectueux à l'égard de sa hiérarchie, de ses collègues [...] elle n'a pas saisi cette opportunité pour revenir à une attitude conforme à celle d'un fonctionnaire ». L'intersyndicale compte poursuivre son mouvement et demande au président de revoir sa décision.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS