Nord
  • | Crée le 24.02.2018 à 04h25 | Mis à jour le 24.02.2018 à 04h25
    Imprimer
    Les élèves de l’école du village ont fait leur rentrée lundi dans de très bonnes conditions. Photo I.C.
    Ouégoa. L’école du village compte cette année changer ses horaires et mettre en place une charte des parents, des enfants et des enseignants. Par contre, une classe a dû fermer.

    «Nous allons travailler avec la mairie et avec les parents sur un réaménagement des horaires de rentrée, de sorties et des récréations », a souligné Wilma Feltrin, la nouvelle directrice de l’école du village, succédant à Gilles Médevielle affecté à Paimboas.

    La chef d’établissement dévoile aussi ses principaux axes de travail pour 2018. « Nous allons nous pencher sur le nouveau projet d’école avec, notamment, la relaxation et l’empathie à l’école. Nous essaierons de travailler plus étroitement avec les parents sur le bien-être de l’enfant à l’école, l’aménagement de la cour avec proposition de jeux pour le temps de midi et d’aires de repos. Nous allons également étudier la mise en place d’une charte des parents, des enfants et des enseignants. Nous organiserons pour cela une enquête auprès des parties intéressées. »


    Une classe fermée

    En attendant cette mise en place, la rentrée s’est faite dans de bonnes conditions. Les élèves, venus accompagnés de leurs parents pour la plupart, se sont regroupés autour du faré de la cour de récréation où Wilma Feltrin a fait les présentations du nouveau personnel. Les élèves sont originaires du village et de l’ensemble des tribus de la commune, à l’exception de Paimboas (lire notre encadré) : Bondé, Manghine, Parawa, Balagam, Javel et Tiari.

    Bien que ses cent soixante-douze élèves représentent un effectif en légère hausse, l’école a dû se résoudre à la fermeture d’une classe. Les enfants ont ainsi été répartis entre les écoles maternelle et élémentaire. La maternelle accueillera à terme cinquante-quatre élèves répartis en trois classes, encadrées par trois enseignants assistés d’une aide-maternelle « J’ai fait une demande à la mairie pour une deuxième aide-maternelle à mi-temps », précise la directrice. Les cent dix-huit élèves de l’école élémentaire seront également à terme répartis en cinq classes.

    Ils seront pris en charge par une équipe de cinq enseignants.

    A cet ensemble, il faut ajouter une classe pour l’inclusion scolaire (Clis) avec quatre élèves. L’enseignant de cette classe ne travaille sur Ouégoa que le lundi et le jeudi. Le mardi et le vendredi, il intervient sur Poum et Tiabet.

    L’enseignement de l’anglais continuera d’être dispensé à l’intention des élèves de CM1 et CM2. Les enfants de maternelle seront initiés à la culture kanak, dans le cadre des LCK.

    La quasi-totalité des élèves déjeunent à la cantine dont les repas sont fournis par le service des cuisines de l’internat provincial du village.


    Dix-huit enfants ont été accueillis dans une classe unique de maternelle (PS, MS et GS) où l’enseignant est assisté d’une aide-maternelle, douze en classe de CP/CE1 et CE2 et treize en CM1/CM2. Ces petits seront encadrés par une équipe de trois enseignants. L’école du village et l’école Hova-Le de Paimboas travailleront de concert sur le projet d’école. « Comme jusqu’à présent, j’étais enseignante spécialisée à Paimboas, même si ce n’est plus dans mes attributions, je continuerai à intervenir dans ce domaine à raison de deux fois par semaine sur Paimboas », assure Wilma Feltrin. Tous les enfants déjeunent à la cantine gérée par un prestataire rémunéré par la mairie, contrairement aux autres années, où elle était gérée par l’association des parents d’élèves. Les horaires seront également réaménagés en concertation avec l’APE.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS