Nouvelle Calédonie
  • | Crée le 18.05.2019 à 04h25 | Mis à jour le 18.05.2019 à 04h25
    Imprimer
    Le prix pour un colis de même poids peut être multiplié par cinq s’il est envoyé ou s’il provient de Calédonie, plutôt que de Métropole. Photo Archives Thierry Perron
    Politique. C’est la proposition de loi portée par 37 députés afin de mettre fin à ce qu’ils considèrent être « une entorse à l’universalité du service postal ».

    Envoyer un colis postal depuis ou à destination des outre-mer coûte « plus cher qu’en Métropole », ce qui constitue « une discrimination », a dénoncé jeudi le député LFI de La Réunion Jean-Hugues Ratenon, auteur d’une proposition de loi pour supprimer cette différence de prix du service public postal.

    Le texte, signé par 37 députés de tous les groupes politiques - dont le président LREM de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, Olivier Serva- fait le constat que les colis postaux de plus de 100 grammes en provenance ou à destination des outre-mer « connaissent des tarifs très éloignés de ceux envoyés sur le territoire hexagonal » et qu’il s’agit d’« une entorse à l’universalité du service postal ».

    Ainsi, un colis de 2 kg coûte 980 francs s’il est envoyé en Métropole, mais 2 340 francs s’il part vers (ou vient de) Guadeloupe, de Martinique, de Guyane, de La Réunion ou de Mayotte, et 3 610 francs s’il part de Nouvelle-Calédonie, de Wallis-et-Futuna ou de Polynésie, a énuméré le député Ratenon.


    « Une injustice hallucinante »

    La différence est encore plus importante pour les colis de 10 kg : 2 340 francs en Métropole, et de 5 650 à 11 820 francs en outre-mer.

    « Il n’est pas normal que nous payons plus cher. C’est un grand combat pour l’accès à l’égalité de traitement », a ajouté le député, regrettant que les prix soient les plus élevés « là où la vie est plus chère ».

    « La directive postale européenne interdit ce genre de pratique », a souligné le secrétaire général du syndicat Sud-PTT, Nicolas Galépidès, qui envisage des actions sur le terrain et auprès des députés pour faire cesser « cette injustice hallucinante ».

    « Considérant les bénéfices engrangés chaque année par le groupe La Poste (95,7 milliards de francs en 2018) et la part marginale des bénéfices provenant de la différence de prix pour les envois postaux depuis ou vers les territoires (ultramarins), nous ne pouvons considérer que l’alignement desdits prix sur ceux pratiqués sur le territoire hexagonal puisse constituer une perte mettant en danger la viabilité de l’entreprise ou une entrave majeure à la libre concurrence », explique l’exposé des motifs de la proposition de loi.

    La loi Egalité réelle outre-mer a déjà validé en 2017 la fin des surcoûts sur les envois depuis les outre-mer de lettres n’excédant pas 100 grammes.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS