Nouvelle Calédonie
  • Myrtille Serre | Crée le 15.12.2018 à 04h25 | Mis à jour le 17.12.2018 à 10h54
    Imprimer
    Sur un an, l’indice des prix conjoncturels note une baisse de 3,7 % des produits alimentaires, hors boissons. Infographie Insee.
    ECONOMIe. L’Institut de la statistique et des études économiques (Isee) a publié, hier, l’indice des prix de novembre. Sur un mois, les prix, hors tabac, sont stables. Si l’alimentation baisse de 0,8 %, les produits manufacturés augmentent de 0,6 %.

    Certains misaient sur une inflation hors norme. D’autres pariaient sur une baisse massive des prix. L’effet de la taxe générale sur la consommation (TGC), entrée en vigueur à taux pleins le 1er octobre, reste très scruté. L’Institut de la statistique et des études économiques (Isee) a publié, hier, sa dernière synthèse mensuelle de l’indice des prix à la consommation. « La TGC a eu l’effet attendu par le gouvernement : les prix sont restés stables entre octobre et novembre. Le coût du panier moyen a même diminué pour ceux qui ont une faible consommation de boissons sucrées ou alcoolisées », note Véronique Daudin, directrice de l’Isee.

    • Alimentation : -0,8 % sur un mois

    La stabilité globale « masque néanmoins des évolutions contrastées », affirme l’Isee. Sur un mois, l’alimentation baisse de 0,8 %, les produits manufacturés augmentent de 0,6 % et les services diminuent de 0,4 %.

    Au mois de novembre, la réduction des tarifs des produits alimentaires, hors boissons, est de 1,1 %, par rapport au mois d’octobre.

    Une diminution qui est notamment observée sur les tarifs des gâteaux et des pâtisseries de conservation (-9,4 %), les yaourts (-8,2 %) et les légumes surgelés ou en conserve (-6,1 %). Et si les prix des produits frais enregistrent une hausse générale sur un mois (+11,7 % pour les légumes ou +4,1 % pour les fruits), la plupart sont, en revanche, en baisse par rapport à avril 2018. « Il ne faut pas oublier que ces chiffres interagissent aussi avec l’augmentation des prix saisonniers », précise Véronique Daudin.

    • Effet TGC hors tabac : +0,2 % sur 7 mois

    Par rapport à avril 2018, le mois de référence pour la réglementation des prix et des marges liées à la TGC, l’indice général des prix à la consommation, hors tabac, affiche une augmentation de 0,2 %. Et accuse une hausse de 0,7 %, avec tabac.

    Les simulations mises en avant par le gouvernement tablaient sur 11 % de baisse des prix en matière d'alimentation, d'entretien et d'hygiène dans les grandes et moyennes surfaces, et jusqu'à 13 % dans les petits commerces. Selon l’Isee, l’alimentation, hors boissons, enregistre une baisse de 5,9 %. Et les boissons sucrées augmentent de 13,9 %. Depuis avril, l’inflation est de 0,8 % pour les produits manufacturés. La hausse des prix de l’énergie se situe à 5,9 %.

    • 36 % d’augmentation sur l’alcool en un an

    L’alcool, qui a connu un surplus de taxation (avec l’application du taux de TGC maximal, 22 %), affiche une augmentation de 36,3 % en un an. Produits particulièrement significatifs : les bières accusent une augmentation de 19,4 % et les alcools apéritifs sont majorés de 58,2 %.

    Concernant les prix du tabac, s’ils sont stables sur un mois, ils sont montés en flèche cette année. En un an, la hausse est de 51,3 %. Tout comme les boissons alcoolisées, cette augmentation est directement liée à l’application, en début d’année, du taux majoré de la TGC et de la taxe sur ces deux produits, en faveur du secteur sanitaire et social.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS