Nouvelle Calédonie
  • Ph.F. | Crée le 17.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 17.04.2019 à 07h58
    Imprimer
    Erick Roser est agrégé de mathématiques. Photo DR

    ENSEIGNEMENT. Il s’appelle Erick Roser et, si le gouvernement national suit l’avis émis hier à l’unanimité des membres de l’exécutif calédonien, il deviendra dans quelques semaines le nouveau vice-recteur de la Nouvelle- Calédonie. Hélène Iekawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement, a participé au comité d’audition des six candidats aux fonctions de vice-recteur de la Nouvelle-Calédonie en remplacement de Jean-Charles Ringard-Flament.

    Cette étape s’est déroulée sans difficulté et, très vite, le profil d’Erick Roser s’est dégagé du lot. Rien à voir avec la polémique qui avait précédé la nomination du précédent vice-recteur. A l’époque, il y avait un candidat calédonien et les membres du gouvernement Germain avaient tous émis un avis en sa faveur. L’Etat ne l’avait pourtant pas retenu.

    Cette fois, il n’y a pas de Calédonien en lice et Erick Roser recueille l’unanimité sur son nom à Nouméa, chez les membres indépendantistes et non indépendantistes de l’exécutif. Erick Roser est agrégé de mathématiques, il a enseigné pendant seize ans avant de devenir inspecteur pédagogique régional, puis inspecteur d’académie et enfin inspecteur général de l’Education nationale.

    Il a également travaillé au ministère de l’Éducation nationale auprès de François Fillon, en tant que conseiller technique chargé du second degré, de la vie scolaire et de la sécurité des établissements. Il a aussi travaillé au cabinet de Luc Chatel en 2009 et 2010.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS