Nouvelle Calédonie
  • J.-A.G.-L. | Crée le 09.07.2019 à 04h25 | Mis à jour le 09.07.2019 à 07h17
    Imprimer

    JUSTICE. Un jeune homme originaire de Koumac a été remis en liberté sous contrôle judiciaire par le tribunal correctionnel de Nouméa en attendant son procès qui aura lieu à la fin du mois devant la juridiction de Koné. La justice lui reproche d’avoir, mardi dernier, menacé sa compagne enceinte de deux mois en lui plaçant un couteau sous la gorge lors d’une dispute qui a complètement dégénéré. « J’ai perdu mon contrôle… », explique le prévenu, un peu agité après quelques jours passés en détention provisoire au Camp-Est. Il assure qu’il n’aurait rien fait à la future mère de son enfant. Le président et ses assesseurs ont du mal à comprendre comment ce garçon a pu en arriver à un tel niveau de violence. D’autant plus qu’il est poursuivi, aussi, pour des violences sur son père car celui-ci s’est interposé lors de la dispute et a été blessé à la main en voulant retirer le couteau des mains de son fils. « J’ai cogité… La prison, c’est galère et ça fait réfléchir », indique-t-il.

    Menaces de mort sur son père

    Le procès est finalement renvoyé et la question se pose de savoir si son séjour en prison se prolonge ou pas en attendant le procès. Le prévenu prie le tribunal de le relâcher. Le procureur de la République Hervé Ansquer ne semble pas opposé à un placement sous contrôle judiciaire, « mais pas à Koumac car celui-ci a menacé plus de vingt fois son père de le tuer ». Le prévenu, peu habitué des prétoires, crie victoire et remercie le parquet, pensant avoir obtenu gain de cause. « Attendez, attendez, nous devons nous réunir, tous les cinq, pour décider de votre sort », s’empresse de déclarer le président. Quelques minutes après en avoir délibéré, le tribunal annonce la remise en liberté du jeune homme. À condition qu’il réside chez un proche à Tomo et qu’il pointe régulièrement à la brigade de gendarmerie de Boulouparis.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS