Nouvelle Calédonie
  • J.-A.G.-L. | Crée le 09.07.2019 à 04h30 | Mis à jour le 09.07.2019 à 07h33
    Imprimer

    « Vous avez le droit de mentir mais, moi, j’ai aussi le droit de ne pas vous croire ». Visiblement un peu agacé, le président du tribunal correctionnel de Nouméa a fait clairement comprendre au prévenu, jugé dans une affaire de stupéfiants, que son histoire ne tenait pas debout.

    Le 22 avril dernier, les douanes contrôlent les passagers du Betico, en provenance de Lifou. Six kilos de cannabis sont retrouvés dans un sac appartenant à cet homme de 32 ans qui explique qu’« un vieil inconnu m’a abordé sur le quai de Lifou et m’a vendu ça ».

    « Vous ne voulez pas dire son nom », rétorque le juge. « Il proposait à tout le monde. Je ne sais pas pourquoi j’ai acheté ça ». « Vous gagnez environ 200 000 francs par mois et vous donnez la moitié de vos revenus à un inconnu sans savoir ce qu’il y a dedans ».

    Réponse : « c’était plus pour dépanner le gars ». « Vous êtes bien généreux, Monsieur », conclut le président. « Je vois mal un vieux avec son baluchon proposer aux gens de l’herbe, complète le procureur de la République. C’est un trafiquant qui travaille avec de grosses quantités. Six kilos, c’est une prise importante en Nouvelle-Calédonie. » Le président relit les déclarations du prévenu en garde à vue qui avait affirmé, à l’époque, qu’il espérait gagner plus de 3 millions de francs avec la revente d’herbe et ainsi, s’acheter un tracteur ou un bateau. « Monsieur se comporte comme un gérant d’entreprise. Il met en place un réseau de revendeurs et en tire un important bénéfice », explique l’autorité douanière qui réclame six millions de francs. Résultat : quinze mois de prison avec sursis mise à l’épreuve et une amende douanière de 800 000 francs.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS