Nouvelle Calédonie
  • Jean-Alexis Gallien-Lamarche / jeanalexis.gallien@lnc.nc | Crée le 23.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 24.03.2019 à 10h46
    Imprimer
    Le prisonnier ne voulait pas réintégrer sa cellule après une promenade, le 14 mars dernier. Un surveillant a insisté. Le jeune homme lui a alors mis un coup de poing au visage. Archives LNC

    Justice. Un homme a été condamné à un an ferme avec mandat de dépôt par le tribunal correctionnel de Nouméa, vendredi. Les juges ont suivi les réquisitions du parquet. La justice reprochait à ce garçon de 21 ans, incarcéré au Camp-Est depuis l’an dernier, de s’en être violemment pris à un surveillant de prison, le 14 mars. « Je me suis simplement défendu », a prétexté le prévenu au lourd casier judiciaire (dix-neuf condamnations pour des vols et des violences, principalement). La présidente, Évelyne Camerlynck, a rappelé le contexte : « A la fin d’une promenade, vous avez décidé de ne pas réintégrer votre cellule. Vous ne vouliez pas. Vous avez résisté. » Le gardien aurait ensuite, d’après la magistrate, reçu au moins un coup de poing au visage. Résultat, le nez cassé et dix jours d’incapacité totale de travail.

    Impliqué dans l’affaire Valentin

    « Le surveillant ment, il m’a frappé direct », s’insurge le prisonnier. « Désolé mais j’ai plus tendance à croire un gardien de prison que vous », réplique Évelyne Camerlynck. L’avocate de la défense, Me Anne-Laure Dumons, persiste, « tout n’est pas clairement établi avant le coup de poing de mon client ». « Il n’a pas été frappé, enchaîne le procureur de la République, Hervé Ansquer. L’examen médical du prévenu n’a révélé aucune lésion, sa version ne tient pas. » Placé à l’isolement après l’agression, le jeune homme ne comprend pas qu’on ne veuille pas le croire. Avec cette peine d’un an ferme, il ne devrait pas sortir de prison avant 2024. En décembre, il avait écopé de cinq ans ferme pour l’agression, à Tindu, de Valentin.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS