Nouvelle Calédonie
  • J.-A.G.-L. | Crée le 18.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 18.06.2019 à 04h25
    Imprimer

    Visé par une fiche rouge d’Interpol pour des soupçons d’escroquerie et interpellé en avril dernier à la descente d’un bateau de croisière à l’île des Pins après une cavale de plusieurs années en Australie, l’homme de 64 ans a été extrait du Camp-Est et conduit au procureur général, hier après-midi. Ce dernier lui a notifié la demande officielle d’extradition formulée par la Chine auprès du Quai d’Orsay il y a une dizaine de jours. Assisté de son avocat et d’un interprète, le sexagénaire s’est vivement opposé à toute extradition vers l’Empire du milieu, son pays d’origine. Comme le veut la procédure, le parquet général a alors saisi la chambre de l’instruction qui se réunira mercredi prochain. La formation de jugement de la cour d'appel se penchera donc sur l’affaire puis validera ou pas l’extradition qui est prévue par un traité franco-chinois de 2007. Soupçonné d’« absorption illégale de dépôts du public », un délit puni par le code pénal chinois et passible de dix ans, le sexagénaire aurait détourné plus de 200 millions de francs. Depuis son arrestation, il était placé sous « écrou extraditionnel » au Camp-Est.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS