Nouvelle Calédonie
  • Jean-Alexis Gallien-Lamarche / jeanalexis.gallien@lnc.nc | Crée le 13.07.2019 à 04h25 | Mis à jour le 15.07.2019 à 14h35
    Imprimer
    Le prévenu a assuré qu’il voulait voler les affaires des automobilistes pour se faire de l’argent pour son anniversaire. Photo DR
    Justice. Un jeune homme a été condamné après avoir tenté de détrousser des automobilistes à Nouméa, dimanche.

    Les vols à la portière, les Métropolitains y sont confrontés depuis plusieurs années. Le Caillou, en revanche, était jusqu’à présent plutôt épargné par ce type de délinquance. Ce n’est plus tout à fait le cas. En effet, la police nationale constate de plus en plus de vols à la portière, notamment dans le secteur de Rivière-Salée où le stratagème est toujours le même : un complice traverse lentement la rue, obligeant les automobilistes à ralentir et permettant ainsi aux malfrats d’entrer en action.

    « Piraterie urbaine »

    Ce fut le cas récemment, dimanche dernier, puisqu’au moins deux conductrices ont été assaillies, avenue Kœnig, par une bande de jeunes - majeurs et mineurs - qui voulaient leur dérober sacs à main et téléphones portables. « Ils ciblaient les femmes blanches, sans chef de bord », indique la présidente du tribunal correctionnel, vendredi, à l’occasion du procès d’un jeune homme de 20 ans, sorti de prison en juin 2018 et considéré comme l’un des instigateurs de ces vols particulièrement traumatisants. Une victime raconte ainsi que « les jeunes ont essayé d’ouvrir les portes, ils tambourinaient sur le capot et sont montés sur le toit avec des insultes raciales ». « Je suis à fleur de peau depuis dimanche, je pleure pour rien… », confie-t-elle. Assise à côté d’elle sur le banc des parties civiles, une septuagénaire parle de « guet-apens violent ». « Dans la panique, on peut foncer et ne pas regarder devant. J’aurais pu renverser un jeune », continue la conductrice. Le procureur de la République prévient : « tout ça finira un jour très mal, quelqu’un sera renversé ». Nicolas Kerfridin comparait ces vols à la portière à de « la piraterie urbaine ». « Ce ne sont pas des petits faits de délinquance du dimanche. Il faut donner un signal fort et punir sévèrement », réclame le parquet. Le prévenu a été condamné à dix-sept mois de prison et incarcéré dans la foulée de son procès.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS