Nouvelle Calédonie
  • | Crée le 30.01.2019 à 04h25 | Mis à jour le 30.01.2019 à 04h25
    Imprimer

    Grève éclair hier matin au CHS de Nouville. Mené par le syndicat CSTC-FO, le mouvement visant à défendre une adhérente contre un « risque de licenciement pour avoir dénoncé des dysfonctionnements, » s'est soldé par un protocole d'accord dans la journée. Pour sa défense, la direction a souligné que l'adhérente en question a effectué deux années de stage probatoire, qui « ne se sont pas révélées concluantes ». Elle a donc saisi la commission administrative paritaire (CAP). Quant aux « dysfonctionnements », la direction ne nie pas leur existence, elle rappelle cependant que des filières en interne sont spécifiquement chargées de ces questions, et qu’il n’est pas nécessaire dans ce cas-là de passer par un syndicat.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS