Nouvelle Calédonie
  • Christine Lalande | Crée le 13.07.2019 à 04h25 | Mis à jour le 15.07.2019 à 14h34
    Imprimer
    Le dépouillement a fait trois élus dans le secteur alimentation, dix dans le bâtiment, cinq dans la production et six dans les services.Photo C.L.
    ÉLECTIONS. Les urnes ont parlé : la liste Entente artisanale du président sortant, Daniel Viramoutoussamy, et la liste CPME - Fiers d’être artisans sortent en tête des élections à la CMA-NC.

    Dix-neuf élus font leur entrée à la Chambre de métiers et de l’artisanat, qui renouvelait ses membres cette semaine pour un nouveau mandat de cinq ans. Les vingt-quatre sièges à pourvoir se répartissent à égalité de dix sièges chacune pour les listes Entente artisanale du président de la CMA-NC, Daniel Viramoutoussamy, et CPME - Fiers d’être artisans, portée par Marie-Laurent Le Panse, son actuel trésorier. « Une élection sous le signe de la nouveauté et du rajeunissement », s’est félicité ce dernier, puisque la Chambre s’en trouve renouvelée à 80 %. Déception en revanche du côté de la liste U2P - L’artisanat c’est nous ! de Jean-Louis Laval, actuel président de l’Union des entreprises de proximité de Nouvelle-Calédonie, qui décroche quatre sièges. « On n’a peut-être pas su, ou je n’ai pas su, faire passer notre message », regrette-t-il. Avec un taux de participation de 12 % et 859 votes exprimés, les dés sont jetés : cinq élus seulement de l’ancienne mandature sont reconduits. Dont les deux têtes de liste Daniel Viramoutoussamy et Marie-Laurent Le Panse, qui brigueront la présidence de la Chambre, d’ici le 9 août prochain. La représentation consulaire se féminise aussi : dix des douze candidates qui se sont présentées ont été élues.

    Le bureau désigné en août

    Prochaine étape : la constitution du bureau de la CMA-NC, que se partageront un président, deux vice-présidents, un trésorier et un adjoint, et un secrétaire et quatre adjoints. Dans la foulée, les nouveaux élus seront nommés dans les commissions de la Chambre de métiers et de l’artisanat, au nombre de sept : les affaires économiques et sociales, la formation professionnelle, le répertoire des métiers, la qualification, les finances, la communication et les appels d’offres. Mais c’est surtout la présidence qui va être disputée. Daniel Viramoutoussamy se dit « confiant». « La logique voudrait qu’il y ait discussion avec l’U2P pour faire une majorité qui élise le président, déclare Jean-Louis Laval qui portait la liste U2P - L’artisanat c’est nous ! mise en minorité, mais la CPME et le président sortant pourraient tout aussi bien s’entendre sans nous, disposant de dix sièges chacun. Il y avait quand même une tension avec nous au cours de cette élection », poursuit-il. « Le fond du problème est dans la représentativité dans les organisations paritaires, explique-t-il. Mais on peut bien passer notre tour, pour nous ce n’est pas l’essentiel. L’important, c’est d’emmener la Chambre vers des objectifs de renouveau des programmes, avant le renouveau des personnes ». La liste CPME, pour sa part, analyse le scrutin comme se soustrayant aux logiques syndicales - l’U2P est très représentée dans les chambres de métiers métropolitaines. Cette élection, bien qu’ayant davantage mobilisé qu’en 2014, a dû toutefois se passer d’une centaine de voix déclarées non-conformes. Huit votes sur dix ont été exprimés par correspondance, témoignant en outre d’une bonne mobilisation des trois provinces.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS