fbpx
    Nouvelle Calédonie
  • Claire Gaveau (avec A.F.) | Crée le 02.09.2021 à 22h40 | Mis à jour le 02.09.2021 à 22h40
    Imprimer
    Pierre Fairbank, dans la catégorie sprint fauteuil (T53), participe à ses 6es Jeux paralympiques à Tokyo. Photo World Para Athletics
    Privé de médaille sur 400 mètres et sur 100 mètres, le Calédonien a parfaitement relevé la tête en finale du 800 mètres jeudi. Il décroche le bronze, son 9e podium paralympique.

    Il le disait avant de partir à Tokyo. Le double tour de piste, c'est là où il se sent " le plus à l'aise ". En finale, Pierre Fairbank l'a magnifiquement prouvé en décrochant la médaille de bronze. Le Calédonien, bien parti dans le couloir numéro 4, s'est parfaitement rabattu en bord de piste et a ensuite géré sa course, malgré la forte pluie qui s'est abattue dans le stade. " Le 800 mètres ce n'est pas toujours le plus fort qui gagne, il faut être vraiment bien placé. Il y a une partie stratégique qui est importante, contrairement au 400 ou au 100 mètres où on est dans son couloir et c'est de la force pure", détaillait le Cagou avant de s'envoler pour le Japon.

    Du haut de ses 50 ans, il a fait parler son expérience. Après un bon départ, le natif de Hienghène s'est positionné dans les roues du Thaïlandais Pongsakorn Paeyo et du Canadien Brent Lakatos, presque intouchables devant. Après avoir un temps rétrogradé en quatrième position, le Cagou a produit son effort dans le dernier virage pour décrocher la médaille de bronze (1'39''67). "C'était la dernière course, j'étais un peu bloqué à un moment mais je reviens au sprint. J'essayais d'être un peu relax pour ne pas craquer dans la dernière ligne droite et ça a marché", a-t-il déclaré après la course, évoquant "le plaisir de courir, le plaisir de se retrouver, le plaisir de faire plaisir". Le Thaïlandais déjà sacré sur 400 mètres et sur 100 mètres réalise, lui, le triplé en signant un record paralympique (1'36''07).

    Neuf médailles

    Médaillé d'or à Sydney en 2000, sur 200 mètres, il comptabilisait également trois médailles d'argent (2000, 2004, 2016) et quatre médailles de bronze (2000, 2004, 2008, 2016) avant ce rendez-vous tokyoïte. Il faudra donc ajouter une nouvelle ligne à son large palmarès avec cette 9e médaille paralympique. "Pierre, il est comme le bon vin, il se bonifie en vieillissant ", assurait de son œil expert Olivier Deniaud, l'entraîneur de l'équipe de France handisport et du Pôle France de Nouméa, au début de la compétition.

    De son côté, Nicolas Brignone, autre Calédonien engagé en sprint fauteuil, n'avait pas réussi à se qualifier en finale réalisant seulement le 10e temps des séries (1'46''85). Une déception pour celui qui espérait disputer sa première finale pour sa 2e participation aux Jeux paralympiques. Il aura malheureusement échoué à trois reprises, sur 100 mètres, 400 mètres et 800 mètres.

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER
    X

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE

     


  • VOS RÉACTIONS