Pacifique
  • AFP | Crée le 28.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 28.03.2019 à 04h25
    Imprimer

    Australie. Le parti australien d’extrême droite One Nation a cherché à obtenir des dons de la National Riffle Association (NRA), le lobby américain des armes, selon une enquête réalisée par Al Jazeera.

    Des enregistrements en caméra cachée diffusés par la chaîne qatarie mardi montrent des responsables du parti en train de chercher à obtenir entre 10 et 20 millions de dollars de dons du puissant lobby.

    Dans cette enquête, un journaliste s’est fait passer pour un lobbyiste spécialisé dans les armes. La chaîne a ainsi filmé une rencontre en septembre entre le directeur de cabinet de la sénatrice populiste et anti-immigration Pauline Hanson, James Ashby, le chef du parti dans l’Etat du Queensland (nord-est), Steve Dickson, et des responsables de la NRA à Washington.

    Sur ces vidéos, on entend M. Ashby expliquer qu’il souhaite un soutien politique, un accès aux logiciels de la NRA qui aident à cibler l’électorat, ainsi que des fonds. « Si la NRA veut compter ses soutiens en Australie, c’est une façon de commencer, déclare-t-il. Deux, j’adorerais mettre la main sur leurs logiciels. Et trois, s’ils pouvaient nous aider avec les dons. »


    « Influencer nos élections »

    M. Ashby explique que 10 millions de dollars permettraient à One Nation d’obtenir huit sièges au Sénat, la chambre haute du Parlement, ce qui donnerait au parti suffisamment d’influence pour peser sur le processus législatif. One Nation n’a pour l’heure que deux sièges au Sénat. De son côté, Lars Dalseide, un responsable de la NRA, propose des conseils sur la manière de réagir aux tueries de masse, dans l’optique d’éviter un contrôle des armes plus restrictif.

    Dans la foulée de la diffusion de l’enquête, des voix se sont élevées pour demander une enquête devant déterminer si les responsables de One Nation n’ont pas enfreint les lois contre les ingérences étrangères. « Les informations selon lesquelles de hauts responsables de One Nation ont cherché à obtenir des dons depuis l’étranger pour influencer nos élections et saper notre législation sur les armes, sont profondément préoccupantes », a écrit sur Twitter le Premier ministre Scott Morrison.

    M. Ashby a, lui, accusé Al Jazeera d’être « l’organe de propagande du gouvernement qatari ». Son parti a saisi la police pour savoir si Al Jazeera cherche à influencer la vie politique australienne depuis l’étranger.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS