Pacifique
  • | Crée le 20.10.2018 à 04h25 | Mis à jour le 20.10.2018 à 04h25
    Imprimer
    Handicap. Quelque 500 sportifs issus de18 pays sont attendus aujourd’hui à Sydney pour l’édition 2018 des Invictus Games. Une compétition, initiée par le prince Harry, qui fait la fierté des soldats invalides de guerre.

    Créés sur le modèle des jeux paralympiques, les Invictus Games sont une compétition sportive ouverte aux blessés et aux invalides de guerre dont la première édition s’est déroulée en septembre 2014 à Londres.

    Amputé d’une jambe il y a six ans lors de combats en province de Kapisa, Aminullah Arsalan avait « perdu tout espoir ». Mais depuis qu’il a intégré l’équipe de l’armée afghane pour les Invictus Games, il se dit heureux de pouvoir enfin « prouver à nouveau sa valeur ». Aux côtés des sept autres membres de l’équipe, Aminullah répète à l’envi la « fierté » qui sera la sienne de porter haut les couleurs du drapeau afghan pour l’ouverture de la compétition.

    Volley-ball assis, haltérophilie et aviron en salle sont les trois compétitions auxquelles vont participer ces soldats brisés par la guerre. Ils s’entraînent tous les jours dans le gymnase du centre de formation de l’armée, en banlieue de Kaboul.

    « Rester enfermé à la maison toute la journée me rendait fou. Venir m’entraîner ici au sein d’une équipe m’aide tant physiquement que psychologiquement », raconte Sohail Naseri, amputé des deux jambes il y a six ans après l’explosion d’une mine anti-personnel.


    Rêve de médaille

    « Certains blessés sont tombés dans la drogue ou se sont suicidés, dit-il, le regard d’un vert profond. Moi j’ai quatre enfants à protéger. »

    « Ces jeux sont une bouffée d’oxygène pour eux, ils retrouvent le goût de la vie, assure le manager de l’équipe, Pir Mohammad Pashton. Et c’est également important pour nos soldats au front de savoir qu’il existe des raisons d’espérer même après une grave blessure. Ils savent aussi que notre drapeau sera représenté à Sydney aux côtés de ceux d’autres grandes nations. »

    Des pages dédiées sur les réseaux sociaux couvriront l’aventure des huit blessés de guerre sélectionnés pour cette édition 2018. « Ça nous motive encore plus pour ne pas décevoir ceux qui nous suivront », dit le manager.

    Abdul Hanan Fehrdus, qui a sauté sur une mine il y a six ans dans la province de Kunduz (nord) après en avoir désactivé cinq, a lui aussi perdu ses deux jambes.

    « Chacun de nous rêve de ramener une médaille de Sydney et moi ce n’est pas une médaille de bronze ou d’argent que je veux, mais une médaille d’or pour mon pays », dit-il déterminé.

    Il espère aussi pouvoir rencontrer le prince Harry qu’il « respecte énormément » pour sa participation aux combats en Afghanistan. Le jeune Britannique a gagné ses galons lors de deux missions en 2008 puis en 2012 en tant que copilote-artilleur sur des hélicoptères Apache.

    « J’ai préparé un drapeau afghan que je lui offrirai », confie-t-il secrètement, les yeux brillant de mille feux.

    Laurent Abadie/AFP


    Hier en fin de journée, le prince Harry devait escalader le Sydney Harbour Bridge en compagnie du Premier ministre australien, Scott Morrison, pour hisser le drapeau des Invictus Games, compétition ouverte aux blessés et aux invalides de guerre. C'est sous l’impulsion du jeune prince que ces jeux Olympiques des vétérans, blessés ou amputés, ont vu le jour en 2014.

    La première édition à Londres en 2014 avait rassemblé 400 athlètes de 14 nations, s’affrontant dans 9 disciplines. L’édition suivante avait eu lieu à Orlando (USA) en 2016. Cette année, ce sont plus de 500 militaires, hommes et femmes, de 18 nationalités, qui sont attendus à Sydney. 11 disciplines seront représentées. Le prince Harry et son épouse Meghan assisteront à la compétition. Arrivés lundi en Australie, ils ont entamé un séjour officiel de seize jours dans le Pacifique. Ils ont partout été chaleureusement accueillis et ont reçu de nombreux cadeaux, notamment des peluches, après l’annonce officielle de l’arrivée d’un bébé au printemps.

    Hier matin, ils avaient enlevé leurs chaussures pour participer à un rassemblement coloré de surfeurs sur le sable de l'emblématique plage de Bondi Beach. De nombreux riverains étaient massés à proximité pour apercevoir le couple britannique.

    Lundi, ils se rendront sur Fraser Island, la plus grande île de sable du monde, dans le Queensland, avant de s'envoler pour les Fidji, les Tonga et la Nouvelle-Zélande.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS