Sports
  • AFP | Crée le 01.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 01.03.2019 à 10h48
    Imprimer
    La Kényane Beatrice Chepkoech, à droite, est la nouvelle numéro un mondiale. Photo AFP

    ATHLÉTISME. C’est le dernier né de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) depuis avant-hier : le nouveau système de classement mondial des athlètes est opérationnel et, à terme, sera utilisé pour les qualifications aux grands championnats.

    Il se base sur une attribution de points aux athlètes selon le classement et la performance réalisée dans les différentes compétitions, qui ont plus ou moins de poids selon leur importance, pour un mécanisme qui ressemble au classement ATP du tennis. Il doit permettre notamment de comparer les athlètes qui évoluent dans des disciplines différentes (sauts, lancers, courses).

    Cinq meilleurs scores des douze derniers mois

    Le système prend en compte les compétitions des 12 derniers mois (18 mois pour le 10 000 m et les courses sur route), le classement étant établi selon la moyenne des cinq meilleurs scores réalisés sur la période (trois scores pour le 5 000 m, le 3 000 m steeple et la plupart des courses sur route, deux pour le 10 000 m et le marathon).

    Avec ce système, la Kényane Beatrice Chepkoech, recordwoman du monde du 3 000 m steeple, est la numéro 1 mondiale, juste devant l’Américain Noah Lyles, spécialiste du 200 m et numéro 1 mondial masculin.

    Le classement mondial ne sera pas utilisé comme système de qualification pour les championnats du monde de Doha (27 septembre - 6 octobre), contrairement à l’idée initiale de l’IAAF, mais devrait le devenir à l’avenir.

    « Pour la première fois de l’histoire de ce sport, les athlètes, les médias et les fans auront un outil clair pour comprendre la hiérarchie de l’athlétisme, des compétitions nationales aux championnats internationaux », s’est réjoui le président de l’IAAF Sebastian Coe, cité dans un communiqué.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS