Sud
  • De notre correspondant,Edmond Jarzabek | Crée le 06.04.2018 à 04h25 | Mis à jour le 06.04.2018 à 08h35
    Imprimer
    François Gauvrit, ingénieur en agriculture (debout), a donné toutes les explications nécessaires sur la réalisation de cet abattoir à poulets. Photo E. J.
    La Foa. La délibération concernant le projet « P’tit poulet ou poulet de Fonbouano » avait été reportée lors du précédent conseil municipal. Elle a finalement été votée mercredi à l’unanimité.

    Lors de la précédente séance du conseil municipal, devant le manque d’éléments et les nombreuses questions posées par l’opposition et des conseillers de la majorité, la délibération concernant la signature d’un bail emphytéotique avait été retirée de l’ordre du jour. Mercredi, lors d’une séance particulière, les élus ont obtenu toutes les explications nécessaires, et cette fois, ils étaient tous d’accord pour voter la délibération autorisant la signature d’un bail emphytéotique d’une parcelle d’un hectare à Ouatom, où sera installé un abattoir à poulets.

    François Gauvrit, ingénieur en agriculture, mandaté par la Direction du développement rural (DDR) de la province Sud afin de structurer le Schéma directeur de la filière avicole chair, a détaillé ce projet : « L’objectif est de gagner sur les importations de poulet et de produire 30 % de suffisance en 2025 », a-t-il expliqué.

     

    Droit de regard sur l’activité

    Cette nouvelle filière permettra de créer de nouveaux élevages et couvoirs et pourra venir approvisionner les cantines et les boucheries de la région. Elle va impliquer le monde agricole, pour la production de céréales, et les petits exploitants, qui pourront produire la volaille. L’abattoir, d’une capacité première de 500 t/an, offrira seize emplois à temps plein. « Cette filière de production de poulet de chair standard, de moyenne gamme, sera appelée “P’tit poulet?? ou “Poulet de Fonbouano?? », a conclu François Gauvrit.

    Les explications ont été données dans le détail aux conseillers, en présence de Michel Lasnier, directeur de Promosud, de Laurent Desvals, de la DDR, et de Patrick Christian, de la SLA Higginson. Les conseillers ont ensuite posé de nombreuses questions, notamment sur les emplois créés, les formations adaptées pour ce projet, la localisation du terrain, si les autres abattoirs existants resteront en place et si la commune aura un droit de regard sur l’activité. « Ce n’est pas un projet municipal », a confié Louis-José Barbançon, de la liste d’opposition La Foa autrement pour un destin commun, en demandant si les voisins ont été consultés. « Une enquête publique aura lieu dans quelques mois », a répondu le directeur de Promosud, en insistant sur le fait d’avoir identifié une niche, dont le produit sera intéressant pour les Calédoniens et pour l’économie.

    Pour Lionel Brinon, de la liste d’opposition La Foa évolution partagée, ces explications étaient nécessaires pour un projet de cette ampleur. Corine Voisin, le maire, a indiqué qu’un point sera régulièrement fait sur ce projet lors des futurs conseils municipaux.

    Pour conclure, les conseillers ont voté à l’unanimité la délibération, en apportant quelques modifications sur le projet qui devra répondre aux normes environnementales les plus strictes. Enfin, le projet sera porté auprès des populations par Promosud. Les conseillers ont également évoqué la possibilité pour la mairie d’une prise d’actions dans le projet pour avoir un regard sur l’entreprise.

    En fin de séance, Corine Voisin, a indiqué qu’un nouveau conseil aura lieu jeudi prochain, pour la présentation du projet de ferme photovoltaïque à Ouatom.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS