Sud
  • De notre correspondant, Edmond Jarzabek | Crée le 01.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 01.04.2019 à 09h13
    Imprimer
    La case commune de Ouatom a été officiellement inaugurée vendredi. Photos E.J.
    LA FOA. La case commune de la tribu de Ouatom a été officiellement inaugurée vendredi matin, en présence des jeunes et des partenaires ayant contribué à sa construction.

    Durant quatre mois, quatre jeunes de la tribu de Ouatom ont construit une case commune dans le cadre d’un chantier d’insertion chapeauté et financé par la province Sud à hauteur d’environ 9,9 millions de francs. Aujourd’hui, ils sont fiers du travail réalisé, car cette case est un outil qui profitera à toute la tribu. C’était également une belle manière pour eux de se former au métier de constructeur de case, dont les techniques se transmettent de génération en génération.

    « La case commune, c'est là que la parole se libère avec le respect de l'autre », a souligné Jean-Paul Poiwi, membre du conseil du clan de Ouatom.

    Marie-Françoise Hmeun et Éliane Atiti, élues de la province Sud, ont rappelé que c'est un projet au sein de la tribu qui a permis l'appropriation des techniques de construction d'une case. « Pour cette journée spéciale, c'est l'ouverture d'un chemin », ont-elles confié.

    Corine Voisin, la maire de La Foa, a indiqué que les relations avec la tribu ne sont pas toujours parfaites, mais le principal est d'avancer. « Il faut défendre ses convictions avec le respect, et cette case est un lien pour la tribu pour apaiser les tensions », a-t-elle confié.

    Les jeunes stagiaires avec Johnie Shome, l'animateur d’insertion, sont très contents du travail qu’ils ont réalisé au profit de la communauté. Ils ont reçu leur attestation de mise en situation professionnelle.

    Eugène se sentait à l’aise sur le chantier. « J’ai quand même appris quelques ficelles dans ce métier, que je pourrais mettre à profit plus tard », a-t-il expliqué. Ismaël a travaillé pour la première sur la construction d'une case et il est très satisfait. « La case est un symbole pour moi, le travail a été dur mais j'ai appris beaucoup de choses », a-t-il indiqué. Il a déjà un premier projet de construction de case chez lui et ensuite pour des particuliers.

    Cette case commune est située dans le même périmètre que la maison commune, la chapelle et le plateau sportif.

    La fin de matinée s’est poursuivie avec la visite des lieux puis un repas par les membres de l'association Kiara. Tout au long du chantier, les bénévoles de cette structure ont mis la main à la pâte pour assurer l'intendance des stagiaires.

    Eugène et les autres stagiaires ont reçu leur attestation de mise en situation professionnelle.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS