Sud
  • De notre correspondant,Edmond Jarzabek | Crée le 24.03.2018 à 04h25 | Mis à jour le 24.03.2018 à 04h25
    Imprimer
    Lionel Brinon et Joseph Misimoa (en premier plan), de la liste d’opposition « La Foa l’évolution partagée » et Louis-José Barbançon de la liste « La Foa autrement pour un destin commun », se sont abstenus. Photo E.J.
    La Foa. Les conseillers municipaux se sont réunis jeudi soir en mairie, sous la présidence de la maire Corine Voisin, pour le vote du budget général 2018, arrêté à près d’1,3 milliard de francs. Sans surprise, deux des trois listes d’opposition se sont abstenues.

    Lors de la séance de jeudi, le budget général 2018 a été adopté à l’unanimité des voix de la majorité et celle de Pierre Monefara, conseiller de l’opposition de la liste Cîrî 2 020. Les listes d’opposition « La Foa l’évolution partagée », menée par Lionel Brinon, et « La Foa autrement pour un destin commun », de Louis-José Barbançon, se sont abstenues. En fin de séance, la délibération sur la signature d’un bail emphytéotique a été retirée de l’ordre du jour (lire ci-contre).

    Pour ce conseil municipal un peu spécial, avec à l’ordre du jour trente et une délibérations soumises aux conseillers, il a beaucoup été question de chiffres. Le budget général de la commune pour 2018 est légèrement inférieur à celui de 2017 (1,4 milliard). Le budget principal est établi à 1,054 milliard de francs.

    Il ressort de ce budget que, malgré un contexte assez défavorable, la situation financière de la commune s’améliore depuis fin 2016. Et cette année, les tarifs communaux ne vont pas augmenter.

    Les conseillers de l’opposition sont restés dans leur logique lors du vote des délibérations concernant le budget unique et les budgets annexes. Deux des trois groupes se sont abstenus et ont fait lecture en fin de vote d’un texte explicatif sur leur position.


    Les mêmes causes

    Il a été rappelé que, grâce aux contrats de développement, des actions ont été menées, preuve de la poursuite de certains points des programmes respectifs. Mais Lionel Brinon, de « La Foa l’évolution partagée », reste néanmoins déçu par l’incapacité à entendre ses demandes lorsqu’il s’agit de répondre aux administrés et de ne pas associer son groupe sur des sujets stratégiques comme la révision du PUD. « En attendant, sur le vote du budget, comme l’année dernière, nous nous abstiendrons », a-t-il expliqué.

    Louis-José Barbançon, de la liste « La Foa autrement pour un destin commun », s’est également abstenu en rappelant que le budget présenté se situe dans la continuité des budgets de l’actuelle mandature. « Les causes structurelles qui ont motivé mon opposition les années précédentes demeurent. Il n’y a donc pas de raisons pour que j’apporte mon approbation à cette délibération pour la première fois de la mandature », a-t-il indiqué.


    Un accord à Lebris

    Par contre, l’élu d’opposition a pris en compte l’évolution concernant le règlement du litige de la RM 20 sur la presqu’île Lebris, tout en rappelant n’être associé aux décisions importantes qu’au moment des votes. En effet, un accord entre les parties a été trouvé pour régler à l’amiable leurs différends au moyen de concessions réciproques et un protocole transactionnel a été signé le 2 mars dernier.

    Marielle Keletaona, seconde adjointe au maire a pris la parole pour approuver ce budget, marquant les efforts réalisés. « Faire un budget, c’est faire un choix », a-t-elle expliqué. Elle a rappelé qu’il n’y avait pas de mépris pour les résidents de Lebris, non raccordé à l’eau, restant satisfaite sur l’avancement de l’adduction en eau pris sur ce secteur. « Le choix s’est porté en priorité sur les tribus où les installations d’eau courante dataient d’un autre temps », a-t-elle conclu.

    La maire Corine Voisin a acquiescé les votes des deux listes d’opposition, en rappelant la participation des élus aux différentes commissions et que, pour la révision du PUD, des réunions publiques avaient eu lieu.

    A la présentation de la délibération autorisant la maire à signer des marchés de travaux, les représentants des deux listes ont été étonnés de la non-implication des entreprises lafoyennes pour la réalisation de ces travaux. « Il manque un peu d’administratif ou les prix proposés ne sont pas compétitifs », a répondu le chef des services techniques.


    En fin de séance, le débat s’est animé autour de l’avant-dernière délibération qui portait sur la signature d’un bail emphytéotique. Dans le cadre de la stratégie de développement pour accompagner l’essor de la production aviaire sur la province Sud, il est prévu la réalisation d’un abattoir d’une capacité première de 500 t/an sur un terrain d’un hectare situé à Ouatom. Il y aurait seize emplois à temps plein à la clé.

    Devant le manque d’éléments et des nombreuses questions posées par l’opposition et des conseillers de la majorité, la délibération a été retirée de l’ordre du jour.

    Corine Voisin doit reconvoquer le conseil, en présence du partenaire de la province Sud, pour présenter ce projet. Chacun a bien rappelé que ce n’était pas un refus pour la création d’entreprises et d’emplois, mais simplement en raison d’un manque d’éléments et d’explication sur ce projet.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS