Sud
  • De notre correspondante,Anne-Laure Salesne - Huyghues des Etages | Crée le 17.04.2018 à 04h25 | Mis à jour le 17.04.2018 à 04h25
    Imprimer
    Tout le monde a donné la main. Notamment les jeunes qui, durant la semaine de vacances, ont construit des abris pour accueillir les fourneaux ou monter des tentes prêtées par la mairie. Photos ALSHDE
    Sarraméa. Une centaine de personnes de la tribu de Sarraméa se sont regroupées samedi pour fêter tous ensemble l’igname nouvelle à côté de la case commune. Un tel regroupement n’avait pas eu lieu depuis de nombreuses années.

    Pour la première fois depuis plus de 20 ans, de souvenir d’anciens, la tribu de Sarraméa a décidé de fêter tous ensemble l’igname nouvelle, c’est-à-dire l’igname plantée en septembre et dont les tiges ne sont pas encore fanées.

    Tout le monde a participé à cet événement, à sa façon : en construisant des abris, en réalisant le fumoir, en attachant l’igname la veille, en cuisinant dès 5 heures, en allant chasser le notou, la roussette ou le cochon sauvage, en allant pêcher les anguilles, en mettant en place la table…


    Se retrouver

    « Cela permet de rassembler tous les membres de la tribu, au lieu de faire cela chacun chez soi », a souligné Appolinaire Chelehy, chef de la tribu.

    Avant de se mettre à table, celui-ci a pris la parole pour dire qu’en raison de sa santé, il était un peu moins présent. « Je tiens à remercier tout le monde pour le travail accompli, les réunions et la réalisation de ce repas en commun. Le but était de rassembler les familles, afin de se retrouver. Même si tout le monde n’est pas là, ils pourront nous rejoindre plus tard. »

    Puis, Patrick Holéro, ancien maire de la commune, a pris la parole. « L’évolution est arrivée trop vite, ce n’est pas facile, mais la structure coutumière est quelque chose d’important. Il faut continuer en restant unis. »

    Alexandre Nemebreux, le maire actuel, a rappelé que « Sarraméa reste un lieu ouvert à la discussion, à la résolution des problèmes, notamment grâce au conseil coutumier. Il est temps de se retrouver en dehors des deuils et des mariages. »

    Apolline, la catéchète venue de Moindou, est venue bénir le repas avant que tous se mettent autour des tables.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS