Sud
  • Fabien Dubedout | Crée le 14.03.2018 à 04h25 | Mis à jour le 14.03.2018 à 04h25
    Imprimer
    Le conseil municipal de Sarraméa est bloqué après le rejet du budget 2018. Photo Archives LNC
    Sud. Une majorité d’élus ont voté contre le budget présenté hier matin au conseil municipal. Le maire Alexandre Nemebreux est mis en difficulté.

    L’histoire va-t-elle se répéter à Sarraméa ? En 2009, à la suite de violentes tensions au sein du conseil municipal, le budget avait été rejeté et la commune placée sous tutelle de l’Etat. Les ingrédients sont aujourd’hui réunis pour qu’une telle extrémité soit envisageable.

    Hier matin, comme à son habitude, le groupe FLNKS, porté par Prisca Holéro, a voté contre le budget proposé en conseil municipal. La surprise est venue du groupe Ensemble pour Sarraméa. Jean-Charles Moglia, le premier adjoint, et ses élus ont aussi voté contre. Brisant ainsi la fragile majorité du maire Alexandre Nemebreux (Entente communale, proche de Calédonie ensemble).


    Pas de mise sous tutelle

    Il a fallu trois convocations pour en arriver à ce résultat. Le conseil municipal du 9 mars a été reporté, faute de quorum. Celui de vendredi a été annulé. Et hier matin, le budget a finalement été rejeté.

    La commune ne risque pas pour l’instant la mise sous tutelle, car elle a jusqu’au 31 mars pour voter son budget. Mais le délai reste très court pour arriver à un consensus dans un conseil municipal à l’équilibre politique fragile.

    En 2014, les indépendantistes pensaient conserver la mairie. Or, les choses se sont déroulées autrement. A l’issue des élections (un seul tour puisque la commune compte moins de 1 000 habitants), Prisca Holéro avait récolté la majorité des voix avec 38 %. Alliée à la liste travailliste de Franck Bonnard, elle comptabilisait 51 %. Mais lors de l’élection du maire par les élus, c’est Alexandre Nemebreux (Entente communale) qui a remporté le titre. En cause : Mireille Murcia-Lopez, deuxième de liste de Franck Bonnard, a donné procuration à un membre de la liste… d’Alexandre Nemebreux. Alors qu’en toute logique, elle aurait dû donner sa voix à la liste menée par Prisca Holéro, afin de constituer une majorité.

    Depuis, la situation politique est tendue, mais la majorité a tenu le coup. Jusque-là.

    Entre-temps, la commune de Ouégoa a été mise sous tutelle et de nouvelles élections ont été provoquées. Prisca Holéro et Franck Bonnard ont toujours affirmé vouloir un retour aux urnes. Sarraméa s’oriente-t-elle vers un scénario similaire à celui de la commune du Nord ?

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS