Sud
  • Fabien Dubedout / lnc.provinces@lnc.nc | Crée le 01.06.2018 à 07h15 | Mis à jour le 01.06.2018 à 07h15
    Imprimer
    Prisca Holéro (au centre de la photo) est ici avec une partie de ses colistières. Photo F.D
    Avec « Union citoyenne », la maire de 2008 à 2014 entend reprendre la tête de la commune. En l’absence d’unité des composantes FLNKS, elle conduit une liste majoritairement Union calédonienne.

    Cette élection, Prisca Holéro l’attend depuis 2014, quand le poste de maire lui a échappé à cause d’une voix, partie dans l’autre camp. Elle part donc à la reconquête d’une mairie dont elle a tenu les rênes de 2008 à 2014. Dans sa liste Union citoyenne : « des militants de l’Union calédonienne, des personnes de la société civile, car on n’a pas trouvé d’accord pour une liste FLNKS ». « Une liste unitaire aurait été mieux, regrette l’élue provinciale. On n’a pas trouvé d’entente sur la tête de liste. C’est surtout un problème de personne. » Deux conseillers sortants, Elvice Nemebreux et Daniel Watton, l’accompagnent encore. Parmi les colistiers, de nouveaux noms. « Les plus jeunes ont 18 et 20 ans, souligne la tête de liste. Le principe est de les faire venir au conseil pour les amener vers la suite. Sur un an et demi, puis après 2020». En premier lieu, l’élue entend « finir ce qui était prévu en 2017 : des travaux de voirie, des travaux d’adduction d’eau potable… On est à hauteur de 41 millions de reste à réaliser. »

    Un bilan à défendre

    « Nos routes sont dans un état pas possible, ajoute la candidate. On a encore des problèmes d’eau sur Grand Couli. On a une station d’épuration à équiper. » Prisca Holéro entend ensuite rectifier le tir sur le projet de lotissement, porté par le maire sortant. « On va voir comment on peut modifier l’opération, notamment sur l’ouvrage d’art prévu à hauteur de 94 millions de francs ». Pour la tête de liste, « on a un bilan à défendre entre 2008 et 2014, qu’on veut continuer à porter en 2020 ». « Toutes les opérations qu’on avait mises en place ont été abandonnées, accentue l’ancienne maire. L’habitat social tout d’abord. L’encadrement de notre jeunesse, pareil. Que ce soit les études du soir ou les activités culturelles et sportives du mercredi, tout a été laissé en plan. Même les navettes mises en place pour nos personnes âgées ont été bottées en touche. » Autant d’activités que la candidate entend relancer. « On a encore pas mal de choses à faire, avance Prisca Holéro. Dont notre école et notre coeur de commune qu’on veut déplacer vers l’entrée de Sarraméa, au centre des trois tribus. Le principe est de récupérer le foncier d’en face afin de construire une nouvelle école. » Parmi les projets évoqués, l’équipe avance la relance du point information pour les touristes. « Il est un peu endormi, comment le redynamiser ? L’environnement et le tourisme sont des atouts pour nous », observe la tête de liste. « Le but n’est pas d’envoyer nos jeunes à Nouméa, mais de les garder là, pour qu’ils puissent trouver du travail », ajoute sa colistère, Sonia Nehiti.

     

    Union citoyenne

    Holéro Prisca, Kona Bob, Ouary roseline, Perrot Christophe, doumaï déborah, nemebreux elvice jean-Marc, Bokoe Gowe Aurélie, Watton daniel, Hoanboara ép. nehiti Sonia, Fochi joachim, Chelehy emond, dijou Hervé, Holéro richie, Tyaou, nehiti Bernard, Holéro Frédéric, Thomas Cyrille, Watton Andréane.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS