Sud
  • | Crée le 09.02.2018 à 04h25 | Mis à jour le 09.02.2018 à 04h25
    Imprimer
    Le premier camp de l’année a été dirigé par Véronique (robe à fleurs) pour la chorale les Pierres vivantes, fondée par Monique (collier de fleurs, juste à côté).

    Sarraméa. Une vingtaine d’enfants, âgés de 8 à 16 ans, ont passé cinq jours ensemble à côté de la chapelle Notre-Dame- du-Bon-Conseil, à pratiquer des activités variées.


    Au départ prévu le lundi 29 janvier, le camp a finalement débuté le mercredi suivant à cause de la dépression Féhi pour se terminer dimanche après-midi. La chorale les Pierres vivantes a proposé à des enfants du groupe, mais aussi à ceux de la tribu de Sarraméa, ce premier camp dirigé par Véronique, venue de Hienghène, épaulée par cinq autres encadrants permanents et de nombreux intervenants. Parmi les activités proposées, il y avait du tressage, du sport, du chant, du solfège, mais aussi de nombreux échanges afin de permettre aux enfants de mieux s’exprimer en public. Les points positifs ou négatifs et les suggestions étaient ainsi débattus.

    Ce camp a permis également une initiation aux langues parlées au sein du camp : français, drehu, xârâcùù… Fondée en 1991 et basée à la Vallée-du-Tir, à Nouméa, la chorale les Pierres vivantes va cette année intégrer l’association Souffle d’espérance et proposer plus d’ateliers : chant et solfège bien sûr, mais aussi dessin, peinture sur tissu, cuisine, soutien scolaire, ainsi que des formations liturgiques une fois par mois.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS