fbpx
    Grand Nouméa
  • Baptiste Gouret | Crée le 08.06.2022 à 17h50 | Mis à jour le 09.06.2022 à 10h06
    Imprimer
    Christophe Issamatro était au volant du bus caillassé, samedi soir, alors que des passagers étaient encore à bord, sur la route de Saint-Louis. Photo Baptiste Gouret
    Ce week-end, quatre bus ont été caillassés sur la route de Saint-Louis, poussant les conducteurs de Carsud à exercer leur droit de retrait, mercredi. Dans l’attente de solutions des autorités à cette insécurité croissante, ils ne desserviront plus le sud du Mont-Dore jusqu’au 16 juin.

    Stationnés sur le terre-plein qui sépare le dépôt et le rond-point de Belle-Vie, les bus aux fenêtres explosées témoignent du week-end agité qu’ont traversé les chauffeurs du réseau Carsud, en charge des lignes du Grand Nouméa et du Néobus pour le SMTU. Entre samedi et dimanche, quatre bus ont été caillassés sur la route de Saint-Louis, dont l’un avec des usagers encore à bord. Ce mercredi matin, les cent chauffeurs de la société qui se partage le réseau Tanéo avec Karuïa étaient réunis pour exprimer leur ras-le-bol d’une situation qui, si elle ne date pas de ce week-end, s’est largement dégradée ces derniers mois. "Depuis janvier, on a connu plus de 30 caillassages", souligne Christophe Chevrol, responsable technique de Carsud et ses 74 bus en circulation.


    Trente caillassages ont été comptabilisés depuis janvier.  Photo Niko Vincent

    Les dégâts du week-end sur les deux bus Setra, modèle le plus courant, sont estimés à "plus d’1,5 million de francs". Depuis 2019 et le lancement du réseau Tanéo, "on en est à plus de 40 millions de francs de réparation bris de glace", poursuit le responsable technique. Plafonnée à 8 millions de francs, la garantie annuelle est rarement suffisante. "On a déjà atteint la moitié début juin. C’est à Carsud de mettre au bout quand on la dépasse."

    "Une pluie de cailloux"

    Mais les dégâts matériels et les soucis financiers qu’ils induisent ne sont rien à côté des risques encourus par les chauffeurs comme par les usagers. Christophe Issamatro est l’un des conducteurs mobilisés ce mercredi devant le dépôt. Samedi soir, alors qu’il passait devant la tribu de Saint-Louis, une "pluie de cailloux" s’est abattue sur le bus. Christophe Issamatro a poursuivi sa route avec un bus éventré, comme en témoigne une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux. "On a dû filer jusqu’à Moselle avec les vitres cassées, je ne pouvais pas laisser les gens rentrer à pied", raconte le conducteur.


    Une mobilisation a eu lieu rond-point Belle-vie, mercredi. Photo Niko Vincent

    Si, en 15 ans de métier, le conducteur a connu "les caillassages et même les coups de fusil", il note comme ses collègues une recrudescence des faits ces derniers temps. "Ils pénalisent des gens qui n’ont pas les moyens d’avoir une voiture, c’est peut-être même des gens de leur famille qui sont dans le bus", s’agace Christophe Issamatro. Par cette mobilisation, il espère "plus de contrôles" des autorités sur le réseau. "En Métropole, il existe une police des transports, c’est peut-être une piste à creuser", souligne Clément Simutoga, directeur des transports de Carsud, venu soutenir les conducteurs dans leur mobilisation. Pour autant, "ce n’est pas à nous de trouver des solutions", poursuit ce dernier, appelant les "autorités compétentes" à rendre leur sécurité à ses salariés.

    En attendant, le réseau sera perturbé pour au moins une semaine. Les lignes L8, M2, M3 et M4, soit les quatre qui desservent le sud du Mont-Dore, sont suspendues jusqu’au jeudi 16 juin. Une réunion entre Carsud, la province Sud et le SMTU devrait se tenir vendredi.

    Repères

    L'échec du Néobus au Mont-Dore

    Il y a un an, le long bus articulé du SMTU géré par Carsud faisait ses premiers kilomètres au Mont-Dore, alors que la commune avait longtemps été privée de ce projet pourtant dédié à l'agglomération. Une expérimentation de six mois qui devait permettre de relier Boulari à place Moselle en empruntant les voies réservées. Six mois plus tard, la ligne était suspendue, puis définitivement supprimée. La faute à une fréquentation trop faible, selon le SMTU. Seules 15 à 20 personnes empruntaient le bus de 140 places. Pour la mairie du Mont-Dore, ce résultat était à mettre sur le compte d'un "manque de moyens" déployés par le SMTU. Les caillassages réguliers devant Saint-Louis avaient déjà décidé le syndicat à ne pas tester cette ligne jusqu'à La Coulée.

    3,6 millions km/an

    Créée en 2002, la compagnie Carsud gère et exploite le réseau dit "suburbain" de Calédonie, soit le Grand Nouméa, à travers une délégation de service public. Dans ce contrat, dont le seul donneur d'ordres est le SMTU, Carsud s'engage à effectuer 3 680 000 km/an. L'effectif de l'entreprise s'élève à 157 personnes. Plus de 17 000 tickets sont validés dans les bus de Carsud chaque jour.

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER
    X

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE

     


  • VOS RÉACTIONS