Îles
  • | Crée le 11.05.2019 à 04h25 | Mis à jour le 11.05.2019 à 04h25
    Imprimer
    Fanfarons et collégiens se sont retrouvés dans la cour du collège pour un concert improvisé après avoir travaillé sur Océanie, le célébrissime morceau d’Edou.Photos Ivan Zupan??i??
    Maré. Les collégiens de Tadine ont découvert des sonorités jusqu’à présent inconnues. Mardi, les musiciens de la fanfare Malawi ont présenté leurs instruments avant de travailler ensemble sur le titre Océanie.

    «Trop net le son de la clarinette ! Et celui du tuba, c’est beau ! Hé, mais comment ça s’appelle ton instrument ? On peut toucher ? » Mardi, au collège de Tadine, les sonneries des intercours n’ont pas été les seules à retentir. Trompettes, trombone et autres saxophones ont résonné dans la cour du collège. « Tous ces rythmes et ces sons, ça nous a donné envie de danser », expliquait un élève, le sourire aux lèvres.


    Deux hymnes et une musique qui unit

    Derrière chaque instrument, il y avait un membre de la fanfare Malawi. Le groupe, qui effectue chaque année une tournée, avait choisi de passer cinq jours à Maré. Et c’est tout naturellement que les musiciens ont effectué une étape au collège. « Notre volonté, c’est de nous amuser en jouant, mais aussi et surtout de transmettre notre musique », explique Stéphanie Martinon, tubiste qui a fait partie du groupe de préparation de la tournée. « L’enthousiasme des enfants, c’est ce qui fait les projets de demain. Si nous pouvons contribuer à faire émerger chez eux l’envie de jouer de la musique, notre objectif est atteint. »

    Pour y parvenir, fanfarons et un groupe d’une soixantaine de collégiens (les 6e des collèges de Tadine et de La Roche) a interprété ensemble l’hymne de Maré, le chant Nengone Nengona, spécialement travaillé pour l’occasion. Et c’est sur un autre hymne, Océanie d’Edou, que les collégiens se sont exercés aux rythmes avant d’interpréter la chanson devant leurs camarades, dans la cour de l’établissement. De Nengone à Drehu, il n’y a finalement qu’un peu d’eau et un pas musical.

    « C’était vraiment un bel échange : j’ai vu les enfants écarquiller leurs yeux au cours de la présentation des instruments, explique Xavier Catherine, professeur d’éducation musicale en poste sur les deux collèges. L’objectif était d’ouvrir les élèves à une musique qu’ils n’ont certainement pas l’habitude d’entendre ». Et tout cela s’est effectué dans la plus grande joie. L’objectif semble manifestement avoir été atteint.

    Savoir +

    Sur www.lnc.nc, rubrique « Vidéos », retrouvez cette séquence en musique.


    Des concerts tout le temps

    Les musiciens de la fanfare Malawi ont posé leurs cuivres et peau mardi matin à Maré et ont pris la direction des commémorations des 30 ans de la disparition de Yeiwene Yeiwene, où ils sont intervenus en fin de cérémonie. La trentaine de fanfarons a ensuite pris la direction du nord de l’île : ils ont été hébergés à la tribu de Roh, au gîte Seday, chez Jacques et Suzanne Wadehnane. Ils ont fait partie intégrante de la vie de la tribu et ont été impressionnés par les chants polyphoniques nengone. Les musiciens ont ainsi participé au culte du dimanche matin, animé les repas pris en commun tout au long du séjour. Une journée a été consacrée aux randonnées (Shabadran et Djanine) et le séjour s’est conclu avec un concert donné mercredi à Wabao.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS