Îles
  • De notre correspondant,M. Granados | Crée le 18.11.2017 à 04h25 | Mis à jour le 18.11.2017 à 04h25
    Imprimer
    Yves Mataika tient une permanence en mairie pour accueillir les débiteurs. Ce vendredi-là, une seule personne a fait le déplacement. Photo M.G.
    Îles. Yves Mataika sillonne les îles Loyauté pour assurer le suivi, la gestion et le paiement de créances. Cet agent de terrain d’un organisme de recouvrement privé explique son métier.

    La porte ne s’ouvre pas toujours. Parfois, une silhouette regarde discrètement derrière le rideau ou le volume de la musique est poussé un peu plus haut. Yves Mataika s’amuse à raconter les situations qu’il rencontre sur le terrain. Il n’est pas un huissier mais un employé de l’entreprise privée spécialisée dans les contentieux et le recouvrement de créances, la SARL CRDC.

    Cet agent de terrain du CRDC effectue un roulement mensuel dans les Loyauté et assure des permanences en mairie afin d’être présent sur chaque île pour assurer le suivi, la gestion et le paiement des 3 978 dossiers de créances dont il a la charge, pour un montant avoisinant les 90 millions de francs.


    « Essayer de les aider »

    Factures d’analyses médicales non réglées, d’eau, d’électricité, de loyer, d’assurance, de dettes chez un commerçant et même de prêt d’argent entre particuliers non remboursé, Yves Mataika intervient pour le compte d’entreprises ou de particuliers, avant la saisie de justice. « J’explique aux gens que je ne suis pas là pour les enfoncer, mais plutôt pour essayer de les aider. On examine leur situation, leurs revenus, leurs dépenses, on voit comment on peut échelonner le paiement dû et combien il leur reste pour vivre. Il n’y a pas de honte à avoir, ça peut arriver à tout le monde. Et c’est toujours mieux que d’aller au tribunal. La dette, elle, ne s’effacera pas de toute façon. »

    Dans les tribus, la convocation ne laisse planer que peu de doute. C’est le document qu’Yves dépose au domicile d’un débiteur lorsqu’un dossier de contentieux est ouvert. « Les gens ont peur du mot. Ils ne savent pas toujours que c’est encore un traitement à l’amiable. Ce dispositif a été mis en place pour nous permettre d’aller à la rencontre de ceux qui ont des difficultés à se déplacer. » Lors des permanences, l’agent de recouvrement étudie les revenus et les dépenses de ceux qu’il reçoit pour échelonner au mieux les remboursements.


    Dernière étape avant la justice

    « Les gens ont souvent du mal à parler, ceux qui viennent me voir ont des profils très différents. Il y en a qui n’ont pas reçu de facture parce qu’ils ont changé d’adresse, d’autres qui ont dû faire face à un imprévu. Mais il y a aussi des personnes qui négligent leurs factures », reconnaît-il.

    A côté des dossiers se trouvent une petite caisse et un carnet de reçus. « J’essaye de leur faire prendre conscience que même si c’est une petite somme, il est important de la payer. Si tout le monde faisait comme eux, cela finirait par faire de gros montants. » Yves Mataika, qui a également suivi une formation de commercial, assure aussi l’accueil des victimes avec l’ouverture et le montage des dossiers pour le compte d’artisans, de particuliers ou d’entreprises îliennes.

    Ce jour-là, à Lifou, une seule personne s’est présentée. « Si les gens ne se présentent pas, j’envoie une seconde relance puis me déplace à leur domicile. Lorsqu’aucune entente à l’amiable n’est trouvée, la justice prend le relais », prévient Yves Mataika.


    L’entreprise individuelle CRDC, créée en 1995, est devenue société à responsabilité limitée (SARL) une année plus tard. Cette entreprise familiale a pour principale mission la gestion de portefeuilles d’impayés des entreprises calédoniennes. Elle propose aussi des services de renseignements commerciaux et d’autres prestations liées au recouvrement de créances.

    CRDC compte parmi ses clients environ 4 500 entreprises et particuliers issus de tous secteurs d’activité confondus, tant en Nouvelle-Calédonie qu’en Polynésie française, France métropolitaine, Nouvelle-Zélande, Australie et autres pays du Pacifique.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS