Îles
  • M. Granados | Crée le 27.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 27.04.2019 à 04h25
    Imprimer
    Lifou. Après une première rencontre avec les responsables de la Direction des affaires économiques (DAE) en débutde mois, c’est au tour des représentantsde la Chambrede commerce etd’industrie (CCI)de se rendre sur l’île pour s’entreteniravec le collectif des commerçants.

    Les commerçants ont rappelé les points de contestation (voir Les Nouvelles du 20 avril), les différentes entrevues et les courriers adressés ainsi que les avancées dans leurs revendications.

    A savoir : l’augmentation des coefficients de la majoration du coût réel du fret maritime de 11 % à 14 % pour les produits alimentaires secs et de première nécessité, et de 14 % à 17 % pour les produits frais et surgelés.


    soutien de la CCI

    Cette augmentation de la majoration forfaitaire de fret devant être appliquée non seulement aux commerçants des îles Loyauté, mais aussi à ceux de l’île des Pins et de Bélep.

    Le collectif des commerçants de Lifou a décidé de mettre immédiatement en place ces mesures annoncées par le gouvernement de Nouvelle-Calédonie sans attendre la publication au Journal officiel. Une demande d’indulgence, vu leurs situations financières, a été adressée à la DEA.

    Les responsables de la CCI en ont pris note et se sont montrés entièrement d’accord avec le collectif concernant les marges contrôlées.

    Ils ont assuré avoir alerté le gouvernement du danger de la mesure sans maintien « en valeur » des marges et ont renouvelé le soutien de la Chambre qui fait office de relais entre les îles et la Grande Terre.


    échelonnement

    de la TGC

    Confrontés plus que jamais à des problèmes de trésorerie, les commerçants de Lifou sont dans l’incapacité de s’acquitter de la Taxe générale sur la consommation du premier trimestre 2019. Ils ont donc décidé d’effectuer leurs déclarations TGC réelles sans règlement et d’y joindre une demande d’échelonnement des paiements.

    Pour l’heure, le collectif des commerçants de Lifou reste déterminé. De nouvelles actions, telles que la fermeture de l'ensemble des magasins, ne sont pas à exclure dans les jours à venir, voire d’autres opérations visant à faire entendre leurs voix.

    Par ailleurs, leurs revendications, accompagnées de l’avis du Conseil constitutionnel et des différentes pétitions qui circulent sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie, sont de nature à permettre une procédure devant le tribunal administratif visant l’annulation de l’annexe II qui encadre plus de 70 % des produits vendus.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS