Îles
  • De notre correspondant,M. Granados | Crée le 04.01.2018 à 04h25 | Mis à jour le 04.01.2018 à 10h25
    Imprimer
    Cela va faire quatre ans que Florenda Huliwa porte les couleurs du centre d’incendie et de secours de Lifou. Photos M.G.
    Lifou. Peu de clients du supermarché savent que leur caissière au sourire généreux sauve aussi des vies. Florenda Huliwa, 30 ans, exerce le métier de sapeur-pompier volontaire depuis février 2013.

    Sapeur de 2e classe, Florenda Huliwa mène une sorte de double vie : son activité professionnelle au supermarché Korail et sa passion pour le corps des sapeurs-pompiers. Pas facile de gérer les deux à la fois, mais Florenda ne se plaint pas.

    Dès son adolescence, sa vocation a été d’aider les autres. Elle a cherché une activité professionnelle lui permettant d’apporter son aide, mais n’a rien trouvé dans ce milieu sur l’île.

    Elle regardait avec envie son cousin, pompier volontaire. Mais le métier est encore trop masculin à ses yeux et elle attend encore quelques années.

    Un monde masculin

    « Sur les conseils de [son] cousin, devenu professionnel », elle a fini par prendre contact avec le chef du centre d’incendie et de secours de Lifou et a déposé une demande écrite de candidature pour intégrer cette caserne où il n’y a que des pompiers volontaires. C’est ainsi que la jeune caissière a enfilé pour la première fois la tenue des soldats du feu pour être pompier volontaire sur son temps libre. Elle assure principalement les gardes de nuit et les week-ends.

    Son intégration au sein de cette caserne s’est très bien faite et assez rapidement. Elle n’a eu aucun problème en tant que femme, mais elle doit faire ses preuves et ne pas se laisser marcher sur les pieds.En intervention, Florenda estime que son comportement est davantage scruté que celui des hommes. Mais ses collègues masculins ont toujours été très à l’écoute et lui ont systématiquement apporté leur aide en cas de difficultés. Chez les pompiers, hommes et femmes sont envoyés sur les mêmes interventions sans distinction.

    Feu de voiture ou de maison, malaise de personnes sur la voie publique, interventions sur accident de la circulation, destruction de nid de guêpes ou autres secours, voilà les principales situations dans lesquelles la volontaire peut être amenée à intervenir avec ses camarades du CIS.

    Parfois, parmi les gens rencontrés ou secourus, elle constate même que certains préfèrent s’adresser à des femmes plutôt qu’à des hommes.

    Se professionnaliser

    Pour l’heure, la jeune femme ne regrette pas son choix et veut en faire son métier. Elle a suivi de nombreux stages de formation et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Florenda vise le concours pour devenir professionnelle. En attendant, elle mène sa double activité de caissière et de pompier volontaire, tout en conciliant avec sa vie de femme au foyer, avec les tâches ménagères et la culture maraîchère.

    Pas de quoi la faire renoncer. Ce qu’elle aime chez les pompiers ? C’est de ne pas savoir ce qu’elle va faire dans la journée. Il n’y a pas de routine. L’amitié, la convivialité, l’action et l’esprit d’équipe sont parmi les autres facteurs relevés par cette jeune femme, qui porte à merveille les couleurs du CIS de Lifou.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS