Îles
  • Texte et photos Wanyano Marcko | Crée le 31.01.2019 à 04h25 | Mis à jour le 31.01.2019 à 08h03
    Imprimer
    Les enfants de Voh présentant leur banderole à leurs hôtes. Elle devrait flotter devant la maison commune d’Easo pendant une semaine.
    LIFOU. Une soixantaine de voyageurs ont débarqué à Drehu, le lundi 28 janvier, du Bético 2.

    Le centre de vacances de Tiéta a organisé une semaine d’immersion dans la tribu d’Easo. Celle-ci a reçu cinquante enfants, âgés de huit à quinze ans, et leurs six animateurs, en provenance de Voh. Une opération rendue possible grâce à l’Association « Molipe-thipo-ma-vé, thuni » (vivre ensemble dans l’entraide). 

    La petite population d’Easo s’est mobilisée pour accueillir les vacanciers venus de Voh pour passer une semaine à Lifou.

     

    Les jeunes ont été accueillis en début d’après-midi par la population. Les enfants, bien fatigués à leur arrivée à la mission, étaient heureux de remettre les pieds à terre. La directrice, Elysa, était ravie et rassurée de constater qu’ils étaient tous bien arrivés, et en bonne santé, malgré une traversée assez mouvementée.

    Mékunë, originaire de Lifou, animateur du centre et guide des jeunes pendant leur séjour. Il a facilité l’intégration du groupe sur l’île.

     

    « Le voyage s’est bien passé si ce n’est que nos enfants ne sont pas habitués à prendre le bateau, surtout pour ce genre de trajet.

    Certains ont été malades mais, maintenant, ils sont en forme et je crois qu’ils vont bien manger et vite oublier cette parenthèse maritime… » avait-elle expliqué.

    Effectivement, juste après la cérémonie d’accueil dans la maison commune d’Easo, les vacanciers sont passés à table puis se sont rendus sur le site où ils devaient être hébergés.

    Les mamans d’Easo se sont mobilisées pour accueillir les enfants de Tiéta et ont assuré la popote.

     

    Durant cette semaine d’immersion, dont le thème retenu est « Le mariage de deux aires coutumières », les enfants de Voh ont beaucoup appris sur la vie quotidienne des gens d’Easo, notamment avec l’arrivée des paquebots et le débarquement des croisiéristes.

    Qéneajë, le doyen de la tribu d’Easo, pose fièrement au côté de la responsable du centre, Mme Elysa.

     

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS