Îles
  • De notre correspondant,M. Granados | Crée le 29.09.2018 à 04h30 | Mis à jour le 29.09.2018 à 04h30
    Imprimer
    Cet exercice impliquait un bébé, représenté par un mannequin, assis et attaché dans son siège auto.Photos M.G.
    Lifou. Une manœuvre de simulation d’accident de la route a mobilisé, mardi, les sapeurs-pompiers volontaires, les centres médico-sociaux, un service d’ambulance et les gendarmes.

    Un véhicule léger avec à son bord deux adultes et un bébé circule sur la route provinciale dans le sens Xépénéhé-Wé. Effectuant à vive allure un changement de direction, la voiture percute un engin de chantier stationné sur le bas-côté… Tel est le scénario de l’exercice organisé, mardi après-midi, à Luecila par les sapeurs-pompiers volontaires du Centre d’incendie et de secours (Cis) de Wé, avec le concours des centres médico-sociaux (CMS) de Wé et de Xépénéhé, de la société Drehu Ambulances et de six gendarmes des brigades territoriales de Xépénéhé et de Wé.


    En conditions réelles

    « Ce type de manœuvre, indispensable pour parfaire les connaissances théoriques et répéter les gestes qui sauvent, permet de favoriser une meilleure connaissance de l’utilisation des engins et matériels respectifs, d’ouvrir un échange constructif autour des techniques de secours et de favoriser la cohésion des équipes de secours », a souligné Yannick Lavigne, le chef de corps du Cis. Cet exercice grandeur nature a mobilisé pas moins de vingt sapeurs-pompiers, dont certains ont joué le rôle des victimes. Cinq médecins et autant d’infirmières ont rejoint les effectifs.

    Jouées en conditions réelles, les prises en charge ont amené les pompiers et les CMS à se coordonner et à communiquer afin de mieux connaître les contraintes des uns et des autres.

    Les sapeurs-pompiers volontaires du Cis de Lifou, confirmés ou non dans la profession, ont dû démontrer leur aptitude à évaluer la situation, à décider des procédures à suivre, et évidemment à manier les outils de désincarcération. Du balisage du secteur d’intervention à l’extraction des blessés, en passant par l’évaluation de leur état, les manipulations techniques, etc., le comportement et les gestes des équipes face à cette mise en situation ont été scrutés par le chef de corps en charge de l’élaboration de l’exercice.

    Au final, il a fallu deux heures d’intervention sur site pour que les deux blessés graves puissent être évacués par ambulance. Les différents débriefings à l’issue de cet exercice ont permis de dégager plusieurs points positifs. Pour les axes d’améliorations, la présence d’un mannequin de simulation permettrait la réalisation de gestes techniques médicaux. Une caméra pourrait également permettre de renforcer certains messages au débriefing vidéo.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS