Îles
  • De notre correspondante,Sophie Mendes | Crée le 31.07.2018 à 05h47 | Mis à jour le 31.07.2018 à 05h47
    Imprimer
    Parents et personnel de l’école n’ont pas hésité à se mobiliser une journée entière, en dehors du temps scolaire pour réfléchir ensemble à comment améliorer le bien-être des enfants. Photo S.M.
    Maré. C’est au sein de la grande chefferie que l’école catholique de La Roche a convié parents et personnel à se réunir autour d’un café, samedi, pour parler « alimentation et santé ».

    «Le principe de ce café famille est d’organiser des temps d’échange entre l’école et les parents en leur demandant plus qu’une participation financière. Nous voulons réfléchir ensemble. Ne plus penser “moi, parent d’un côté et moi, enseignant de l’autre, mais nous, éducateurs », a expliqué Betty, l’une des enseignantes. Initié par la direction de l’enseignement catholique, le principe du « Café famille » a vite pris à l’école François-Beaulieu de La Roche, qui a organisé une première rencontre le 21 avril. C’est au cours des discussions engagées alors que sont nés les deux thèmes des rencontres suivantes. « L’alimentation et la santé » ce samedi, et « Incivilité et bonne éducation » pour le samedi 24 novembre.

    Pour alimenter les discussions samedi, un comité organisateur, d’enseignants et de parents, a invité plusieurs experts. Sari Oedin a commencé la matinée en projetant son film Révélation. Une réflexion sur le jeûne, qu’il a lui-même expérimenté, comme base d’une nouvelle façon de manger en développant sa conscience. « Pour sortir de la société de consommation, retrouver les valeurs sûres de la terre », a-t-il expliqué tout en invitant l’école à être « un lieu de recherche du bien-être et du développement personnel ».


    L’obésité augmente

    Infirmière prévention au sein du centre médical de La Roche, Charlotte Freichel a présenté aux parents l’équilibre alimentaire qu’elle prône au sein de l’école depuis trois ans. Partant d’un constat d’obésité en augmentation en Nouvelle-Calédonie, celle-ci a évoqué les causes et les conséquences avant d’énumérer les principaux conseils à suivre pour tendre vers un bon équilibre entre apports et dépenses alimentaires. Et de rappeler « l’importance du petit-déjeuner pour avoir de l’énergie pour toute la matinée ».

    Avant un copieux buffet 100 % bio préparé par les parents, Noël Wadrobert, chef du service de l’aide médicale pour la province des îles Loyauté, a clôturé la matinée. En rappelant les chiffres de la santé en Nouvelle-Calédonie et aux Îles, ce dernier a voulu alerter la population. Le territoire compte entre 18 000 et 20 000 diabétiques, 42,7 % des enfants sont en surcharge pondérale à 12 ans.

    « Le peuple de Kanaky qui revendique sa souveraineté et son indépendance est un peuple malade », a insisté Noël Wadrobert. « J’interpelle la responsabilité de chacun. Il y a le système, mais il n’y a pas que ça. Ma conception de la santé ? Eviter de tomber malade ! Chacun doit travailler à ça et se demander comment je peux faire, moi Si Nengone ? […] C’est toute la question de la responsabilité et le sens même du plan Do Kamo qui vise un être complet, épanoui.»

    L’après-midi s’est poursuivi autour d’un brainstorming pour élaborer une charte sur l’alimentation à l’école et à la maison. Des objectifs et des actions sont ainsi nés d’une réflexion commune parents-école.

    Avant de quitter les lieux, tous se sont lancé un premier défi : ne pas manger de snacks salés ou sucrés pendant les deux prochaines semaines.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS